Des citoyens de poids font pression

Des citoyens de poids font pression
Thomas Gallenne
Actualité

Projet Hydro du Grand-Brûlé à Saint-Adolphe-d’Howard

Dans une lettre adressée la semaine dernière au ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP), Yves-François Blanchet, et la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, Guy A. Lepage, Claude Meunier et d’autres citoyens de Saint-Adolphe-d’Howard, demandent que le gouvernement impose un moratoire sur le projet du Grand-Brûlé et ouvre une enquête sur les agissements d’Hydro-Québec dans ce dossier.

 

Les citoyens ont découvert qu’Hydro-

Québec a caché au gouvernement l’existence d’une nouvelle approche de ligne à haute tension, ce qui lui permettrait de contourner la Loi sur la qualité de l’environnement.

 

Guy A. Lepage s’est dit indigné par cette manœuvre et par la façon de faire d’Hydro qu’il juge de «sauvage». «Hydro essaie de nous passer une petite vite en prétendant que les immenses pylônes de 60 mètres de haut, en moyenne, qu’ils veulent construire sont pour une ligne de 120 kV. Mais en fait, ce sont des infrastructures de 315 kV dans lesquelles ils vont envoyer un courant de 120 kV. Mais pour aller au BAPE, il faut que le courant soit d’au moins de 315 kV. Comme a dit le chef de projet aux citoyens et aux élus lors d’une réunion:  »Que voulez-vous, c’est mal faite »!», a déclaré le célèbre animateur, qui voit mal comment

Hydro pourra réussir à faire accepter ce projet à la population, même en y apportant des ajustements. «Depuis le verglas, ajoute-t-il, les pylônes sont devenus tellement gros que c’est comme si on voulait cacher un éléphant dans un champ de pissenlits!»

 

«C’est de l’hypocrisie de la part de la société d’État», ajoute Claude Meunier, résident de Saint-Adolphe-d’Howard depuis plus de 30 ans. Pour l’auteur et comédien, ce projet fait preuve d’un manque de vision de la part de la société d’État: «Il va falloir décider de ce qu’on veut faire pour l’avenir. Est-ce qu’on va massacrer le Québec à la grandeur pour aller plus vite et faire des lignes droites? Ce n’est pas un métro qu’on fait.» Il pense qu’Hydro-Québec devrait innover, quitte à créer un précédent. «Il existe déjà des lignes à haute tension souterraines à Montréal et à Québec. Pourquoi les petites municipalités n’y auraient pas droit? Un jour ou l’autre, Hydro devra le faire, ils ne pourront pas continuer à balafrer le paysage indéfiniment.»

 

Pour les citoyens membres du comité aviseur, pas question de baisser les bras. «Le ministre de l’environnement n’a pas le choix d’user de son pouvoir discrétionnaire pour envoyer ce projet au BAPE et s’assurer qu’il y aura des études d’impact. C’est le minimum qu’il peut faire pour protéger les citoyens. Sinon, ça veut dire quoi? Que son ministère se fout de l’environnement et que c’est Hydro qui établit les normes environnementales au Québec? Ça n’a aucun sens!» s’indigne Sarah Perreault, membre du comité aviseur. Elle ajoute que le comité aviseur compte bien utiliser tous les recours à sa disposition pour défendre les citoyens qu’il juge victimes d’une manœuvre irresponsable de la part des ingénieurs d’Hydro-Québec. «Nous étudions actuellement la possibilité de déposer une plainte au bureau du syndic de l’Ordre des ingénieurs du Québec pour infraction au code de déontologie, ajoute

Mme Perreault. C’est regrettable de devoir viser des individus, mais la société québécoise ne peut pas accepter une telle façon de faire de la part d’ingénieurs membres d’un ordre professionnel et le protecteur du citoyen ne reçoit pas les plaintes contre Hydro-Québec.»

Lisette Lapointe est membre du comité aviseur depuis ses débuts. À titre de nouvelle mairesse de la municipalité, elle fait de ce dossier une priorité: «Les impacts seraient considérables, à tout point de vue. Saint-Adolphe a trop à perdre avec cette ligne à haute tension. Hydro-Québec doit revenir s’asseoir avec la municipalité et les citoyens. Il existe des alternatives. Hydro en a, nous aussi. Il y a de l’espoir, il suffit d’être de bonne foi», conclut-elle.

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X