Projet Hydro-Québec du Grand-Brûlé

Projet Hydro-Québec du Grand-Brûlé
Journal Accès
Actualité

Mécontentement à Saint-Adolphe-d’Howard

Les citoyens ont été nombreux à assister aux deux rencontres d’information tenues par Hydro-Québec au mont Avalanche les 5 et 6 décembre, dans un climat de tension palpable.

Tout au long de sa présentation, Marie-Josée Gosselin, la chef de ce projet chez Hydro-Québec a été interrompue par les citoyens qui scandaient bruyamment «On veut un BAPE!».  Et lorsqu’elle a présenté la nouvelle famille de pylônes, la salle s’est fortement agitée. «Ces nouveaux pylônes, c’est pour vous assurer de ne pas aller au BAPE, pas pour préserver l’environnement et les paysages. C’est une vraie farce!», a lancé un citoyen visiblement furieux.

Impact et acceptabilité

Des citoyens ont soulevé les impacts sur l’environnement et la valeur des propriétés. Denise Payette, du comité aviseur, a questionné la société d’État sur l’acceptabilité sociale.

Rappelons que dans ce dossier, un des arguments pivot concerne le type de ligne. Le Bureau d’audience publique en environnement (BAPE) étudie tout projet de «construction ou de relocalisation d’une ligne de transport et de répartition d’énergie électrique d’une tension de 315 kV et plus sur une distance de plus de 2 km». (Loi sur la qualité de l’environnement). Or, selon le comité aviseur, la ligne proposée à Saint-Adolphe aura les mêmes impacts environnementaux et paysagers qu’une ligne de 315 kV.

Sarah Perreault, qui représentait Saint-Adolphe au comité technique régional (CTR), a rappelé que la municipalité conteste toujours certaines données utilisées par Hydro-Québec pour élaborer son tracé. «C’est essentiellement sur la base de l’ enjeu du déplacement des bâtiments que le CTR a demandé à Hydro de présenter un tracé à optimiser en juin. On nous a aussi dit que la ligne ne pouvait pas être visible depuis le sommet du mont Avalanche. Mais c’est faux! Comment ont-ils pu faire une telle erreur?» Le CTR a terminé ses travaux le 15 octobre sans recommander de tracé, car il n’y avait pas consensus selon Mme Perreault.

La municipalité et le comité aviseur projettent de manifester à Montréal, le 11 janvier prochain à 14h, devant l’édifice d’Hydro-Québec.

«D’ici là, nous invitons les citoyens à faire parvenir une lettre aux ministres [David] Heurtel et [Pierre] Arcand, ainsi qu’au député [Yves] St-Denis. Une lettre type a été envoyée aux membres du comité de vigilance. Elle se trouve aussi sur la page facebook citoyenne et sur le site projethydro.com», conclut Mme Payette.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X