La force de l’union

Saint-Adolphe-d’Howard a reçu la visite du chef Black Feather Larmand de la communauté Hochelaga de l’Iroquoisie. PHOTO: Valérie Maynard
La force de l’union
Valérie Maynard
À la une

Marche silencieuse à Saint-Adolphe-d’Howard

Samedi, le chef Black Feather Larmand de la communauté Hochelaga de l’Iroquoisie, une communauté hors réserve de Montréal qui regroupe principalement des Métis, est venu appuyer la démarche des citoyens de Saint-Adolphe-d’Howard dans leur opposition au tracé de la ligne du Grand-Brûlé. Devant des dizaines de gens regroupés autour de lui, le chef Larmand a parlé de respect, de protection du territoire et de la force de l’union. « Ensemble, on est plus fort. »

Le groupe a ensuite entrepris une marche silencieuse jusqu’au chalet du Mont Avalanche où les échanges et discussions autour de la possibilité d’enfouir une partie de la ligne à 120 kV du Grand-Brûlé – Dérivation Saint-Sauveur se sont poursuivis tout l’après-midi. Les conseillères municipales Mylène Joncas et Monique Richard étaient présentes.

« Il s’agissait surtout d’une prise de contact qui résulte d’une démarche strictement citoyenne. Nous allons maintenant évaluer le tout », a commenté Sarah Perreault, membre du comité aviseur de Saint-Adolphe.

Mont Hereford, en Estrie

Il a aussi été question de la déclaration favorable du premier ministre Couillard, la semaine dernière, à l’enfouissement du tronçon de la ligne d’interconnexion Québec-New Hampshire d’Hydro-Québec qui doit traverser la forêt protégée du Mont Hereford, en Estrie, une position qui redonne espoir au comité aviseur de Saint-Adolphe. « L’impossible est devenu possible. On peut faire changer un projet d’Hydro-Québec et opter pour l’enfouissement. Il y a quatre ans, c’était de la science-fiction! Et nous avons la conviction profonde que la bataille de Saint-Adolphe a ouvert la voie toute grande à cette décision », a soutenu Mme Perreault.

Pour Denise Payette, membre de la première heure du comité aviseur, la décision du gouvernement Couillard est strictement politique. « Qui sont les élus en Estrie? Le ministre Luc Fortin et le député Guy Hardy. Faut croire que les électeurs libéraux sont plus présents en Estrie qu’à Saint-Adolphe », a-t-elle laissé tomber.

La ligne électrique qui traversera le Mont Hereford sera enfouie sur 18 km. À Saint-Adolphe, on réclame l’enfouissement pour une portion de 10 km, soit 23 % du tracé global.

Même si les travaux de déboisement ont débuté sur le territoire de Saint-Adolphe-d’Howard il y a quelques semaines, Mme Payette promet que le comité aviseur ne baissera jamais les bras. « On n’arrêtera jamais. Même quand la ligne sera là, on va continuer à se battre. Parce que ce refus d’envisager l’enfouissement est inconcevable et injustifié », a-t-elle conclu.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans À la une

X