Le jour où la musique brûle

Une photographie de l’extérieur de l’édifice prise il y a quelques semaines seulement montre à quel point l’édifice était irrécupérable. Photo : andreperrystudio.com
Le jour où la musique brûle
Jean-Patrice Desjardins
À la une

Incendie au Studio Morin-Heights

Un incendie fermera définitivement le dossier du mythique lieu d’enregistrement Le Studio de Morin-Heights. L’édifice abandonné depuis 2008 a été la proie des flammes en ce vendredi 11 août 2017, une date qu’il faudra ajouter au Grand livre du rock’n’roll.

Les pompiers de Morin-Heights sont arrivés vers 5 h 30 à l’édifice implanté au lac Perry. Le bâtiment était dans un état d’embrasement général. Les sapeurs ont pris le contrôle de l’incendie vers 10 h, mais plus de la moitié de l’édifice était détruite. Des indices permettent de croire qu’on y aurait mis le feu intentionnellement et une enquête est en cours.

Un studio légendaire

L’histoire du Studio Morin-Heights a maintes fois été relatée. L’édifice a accueilli d’importants musiciens du rock et de la musique pop durant les décennies 70 et 80.

Sept albums du groupe Rush, Saturday Night Fever des Bee Gees, Tonight de David Bowie, Boy in the Box de Corey Hart ne sont que quelques-uns des albums enregistrés à Morin-Heights.

La nouvelle de cet incendie a certainement fait mal aux fondateurs du studio, André Perry, et sa conjointe, Yaël Brandeis, mais les deux résidents de Saint-Sauveur montraient un certain détachement envers la grande époque du Studio, durant une entrevue accordée à Accès Laurentides en 2016. Les murs de leur maison sont toujours ornés de souvenirs et de disques d’or liés au Studio, mais André Perry se disait « fatigué d’en parler. Je vis dans le futur, je fonce ».

Le Studio, c’était l’âge d’or du rock, alors que les compagnies de disques investissaient des centaines de milliers de dollars dans un album. La vision de Perry, c’était d’offrir un équipement sonore de grande qualité, mais surtout un lieu où les artistes résidaient, composaient, et enregistraient dans le décor enchanteur des Laurentides. Perry avait conçu son studio avec de grandes vitrines, pour que l’ingénieur de son et les musiciens soient en rapprochement.

Le principe même du studio en résidence est tombé en désuétude au tournant du siècle et, après avoir été racheté par l’Équipe Spectra en 1991, Le Studio a été fermé au début des années 2000, puis laissé à l’abandon, faute d’acheteur.

L’abandon

L’édifice était dans un état de détérioration constante et l’objet de vandalisme depuis son abandon en 2008. Le bâtiment était en vente depuis 2015.

Des musiciens nostalgiques rêvaient de faire revivre Le Studio et une campagne de financement social avait été lancée sur le Web, il y a quelques années.

D’autres alimentaient leur nostalgie, mélangée à une certaine déception, en visitant les lieux et rapportant des photos illustrant l’avancement de la dégradation de l’édifice.

Sting avec André Perry

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans À la une

X