Raymond Lévesque l’homme de fer laurentien!

Raymond Lévesque lors de sa participation au Championnat du monde Ironman à Kailua-Kona, à Hawaï, en 2017. PHOTO: Courtoisie
Raymond Lévesque l’homme de fer laurentien!
Sandra Mathieu
À la une

Après le vélo, la course. Photo: courtoisie

Triathlon et fibromyalgie

Le résident de Saint-Hippolyte, Raymond Lévesque, s’apprête à relever encore une fois un défi de taille le 19août prochain: le Ironman Mont-Tremblant. Âgé de 66 ans, il espère se tailler une place pour représenter de nouveau le Canada au Championnat du monde Ironman à Kailua-Kona, à Hawaï, mais surtout il veut lever le voile sur la fibromyalgie, maladie dont sa conjointe est atteinte depuis plusieurs années. Portrait d’un homme déterminé et dévoué aux siens et au sport!

Le triathlonien prendra part à la compétition en tant qu’ambassadeur de l’Association de la fibromyalgie des Laurentides, tout comme il l’a fait lors du demi-Ironman de Mont-Tremblant en juin où il a terminé troisième dans la catégorie 65-69 ans.

«La fibromyalgie est une maladie pernicieuse encore très méconnue, car on en parle encore trop peu, explique M.Lévesque. Par mon implication, je veux également démontrer qu’il ne faut jamais arrêter de bouger, peu importe son âge. »

Un mentor au mental d’acier

M. Lévesque est aussi mentor pour plusieurs triathloniens. Il transmet aux autres ce qu’il a acquis au fil de ses années d’entraînement et de ses expériences lors des épreuves auxquelles il a participé partout dans le monde. « Le mental y est au moins pour 55%, déclare-t-il. Je conseille aux athlètes de souvent s’entraîner seuls pour s’habituer au fait que personne n’est à côté d’eux pour les encourager lors des compétitions. Autre truc : diviser les épreuves avec la méthode des petits pas. »

Un sport qui se démocratise

« Quand j’ai fait mes premiers triathlons, nous étions seulement une quinzaine au Québec. Nous étions considérés comme des surhumains. Aujourd’hui, ces épreuves sont vues de façon plus banale, mais il est indispensable d’y aller à son rythme et de respecter une progression intelligente et de bien se préparer physiquement et mentalement. »

Ce nouveau retraité concède qu’il s’entraîne beaucoup plus qu’il bricole autour de la maison. Celui qui avait promis à sa femme qu’il tirerait sa révérence en 2017 n’a pu se résoudre à ne pas tenter sa chance de participer au 40e Ironman d’Hawaï, qu’il considère comme le saint Graal des épreuves, la consécration de tous les efforts.

Lorsqu’il parle du Ironman de Mont-Tremblant, il n’hésite pas à affirmer qu’il s’agit sans conteste d’un des meilleurs au monde, que ce soit sur le plan du site, de l’accueil, des bénévoles, de l’équipe médicale et de l’organisation globale.

Rappelons qu’en 2017, le triathlonien devenait le meilleur Ironman au monde dans sa catégorie en participant au Championnat du monde Ironman à Kailua-Kona, à Hawaï.

La fibromyalgie

La fibromyalgie n’est pas une maladie imaginaire ou psychosomatique, elle est réelle et reconnue depuis 1992 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le symptôme dont se plaignent le plus souvent les personnes atteintes de fibromyalgie est la douleur. Il s’agit d’une douleur diffuse ressentie dans tout le corps accompagnée d’une sensibilité douloureuse à la pression, en particulier des tissus mous comme les muscles et les tendons. Une étreinte amicale ou le poids d’un enfant sur les cuisses peuvent suffire à causer de la douleur. Or, quand on est souffrant, il peut être difficile de poursuivre ses activités normales.

Info: www.fibromyalgie-des-laurentides.ca

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sandra Mathieu

Chef de pupitre par interim/journaliste indépendante   Curieuse, passionnée et hyperactive, j’ai fait de la planète mon terrain de jeu et j’ai choisi les Laurentides comme pied à terre! Je multiplie les voyages, les aventures et les découvertes ici et ailleurs. Normalement journaliste indépendante, je pose mes valises jusqu’à l’automne pour jouer le rôle de chef de pupitre et ratisser les recoins de notre belle région. Je partage mes rencontres et les réponses à mes innombrables questions en mots et en images pour informer, inspirer et faire réfléchir. J’ai la chance de travailler avec des collaborateurs qui ont à coeur l’accès à l’information de qualité. Détentrice d'un certificat en journalisme, d'une majeure en communications et d'une licence en management touristique, je cumule plus de 20 ans d'expérience dans les domaines des communications, du tourisme, de la gestion culturelle et de l'événementiel. Je collabore à Accès depuis plus de deux ans.

[+] Plus dans À la une

  • Périple immunitaire

    Une « enfant de Tchernobyl » dans les Laurentides Le 26 avril 1986, le réacteur numéro quatre...

  • Des tournages qui rapportent gros!

    Bureau du cinéma et de la télévision des Laurentides Véronique Piché, collaboration spéciale Le Bureau du cinéma...

  • Dakota, un animateur allumé!

    Skatepark de Saint-Sauveur Françoise Le Guen Il suffit de regarder les étoiles dans ses yeux pour comprendre...

  • Qu’en est-il du parc canin?

    Saint-Sauveur Françoise Le Guen «Dans la mesure où aucun espace extérieur n’est dédié aux chiens dans la...

X