La subvention finalement annoncée jeudi matin

Gilles Boucher, préfet suppléant de la MRC.
La subvention finalement annoncée jeudi matin
Valérie Maynard
À la une

Complexe sportif de la MRC des Pays-d’en-Haut

Branle-bas de combat jeudi dernier à la MRC des Pays-d’en-Haut, alors que le conseil des maires, guidé par la crainte soudaine de perdre la subvention tant attendue, adoptait une résolution en lien avec le futur emplacement du complexe. « Plusieurs maires sont devenus très frileux à cette idée », a répété le préfet suppléant, Gilles Boucher.

Par cette résolution, adoptée à l’unanimité, le conseil des maires se déclare « prêt à recevoir la subvention pour le projet de Complexe sportif, tel que déposé. Il est de plus résolu qu’à la lumière des recommandations de l’étude qui sera déposée prochainement, relativement au meilleur emplacement, le conseil des maires s’engage, s’il y a des motifs suffisants, à faire les démarches nécessaires pour faire modifier l’emplacement du complexe sportif, en conséquence ». « Ça veut dire que si l’école A.-N.-Morin ne s’avère pas le meilleur emplacement, le conseil des maires pourrait demander au gouvernement de changer de site, sans risquer la subvention », a précisé M. Boucher. « Parce que sans subvention, il n’y a pas de projet », a renchéri le maire de Morin-Heights, Tim Watchorn.

Le jeu en valait la chandelle, puisque dès le lendemain, on apprenait qu’une conférence de presse, menée par les députés fédéral, David Graham, et provincial, Yves St-Denis, se préparait, ce jeudi 20 juillet, à l’école A.-N.-Morin, à Sainte-Adèle pour annoncer l’octroi de la subvention dans le cadre du Fonds des petites collectivités. Au moment de mettre sous presse, on ne savait pas quel montant serait octroyé, ni les conditions rattachées à cette subvention.

Rappelons que le dépôt de la demande de subvention auprès du ministère de l’Éducation remonte à l’automne 2016. En vertu de la demande, le projet de complexe en est un de quelque 30 millions de dollars pour lequel on souhaite obtenir du financement aux deux tiers (soit 11 millions du fédéral et 11 millions du provincial) pour un complexe sportif situé sur le terrain adjacent à l’école secondaire A.-N.-Morin, à Sainte-Adèle.

Or, c’est précisément cet emplacement qui pose problème, alors que quatre des six maires ne seraient pas en faveur de ce site. Qui plus est, l’idée d’un bail emphytéotique qui devra être conclu entre la MRC et la commission scolaire est loin de faire l’unanimité. Plusieurs autres éléments clochent sur ce site, notamment les accès actuels, inadéquats pour recevoir un flot additionnel de voitures. On ne connaît pas non plus la capacité du sol à recevoir une telle infrastructure ni la capacité actuelle des égouts et aqueduc.

En mai dernier, les maires ont mandaté une firme pour identifier le meilleur site possible où ériger le complexe. Six endroits sont présentement analysés : A.-N.-Morin, à Sainte-Adèle, la sortie 64 (Mont Gabriel), la sortie 58 (robinet de Piedmont), la sortie 69 (près du golf, à Sainte-Adèle), la sortie 57 (terrain vague sur la 117, à Sainte-Anne-des-Lacs) et à proximité du golf de Piedmont. Les résultats sont attendus le 28 juillet, date à laquelle les maires se réuniront de nouveau afin de trancher.

La répartition des coûts entre la MRC et ses 10 municipalités sera la prochaine grosse étape à franchir. Déjà, quelques municipalités plus éloignées ont exprimé leur réserve face à des coûts trop élevés.

Voir le commentaire (1)

1 commentaire

  1. Alain Daviault

    19 juillet 2017 à 6 h 34 min

    Même si certaines municipalités ne participent en raison des coûts trop élevés , ils deviendront sympathiques à la cause de certains maires , car une fois le Complexe Sportif érigé il sera déclaré Supra installation par le gouvernement.Donc, tout le monde va passer à la caisse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans À la une

X