Pour être nous tous tellement plus ensemble…

Pour être nous tous tellement plus ensemble…
Journal Accès
Actualité

Lettre ouverte

D’abord, un mot pour dire comment et combien le drame de Québec me touche et m’atteint dans mon humanité la plus profonde. Tuer des hommes de valeur, aimés et aimant, amoureux de l’amour reçu, donné et partagé et de la vie belle est une ignominie sans nom. Je vous pleure mes amis estimés, et vous pleurerai à jamais. Bon voyage mes nobles frères, je vous salue à regret, et que l’éternité vous soit bonne, douce et sereine…

Cela étant dit, et parce que the show must goes on, il nous faut comprendre pourquoi de telles choses se forgent et arrivent. Le premier réflexe est de chercher les causes du côté du tueur, de son entourage, de sa communauté, de sa société ou de sa civilisation. Il est, bien sûr, essentiel de le faire, mais il serait dommage d’en rester là. En effet, toute médaille a deux côtés, et même un revers, et dans cet esprit, il nous faut comprendre que certains ne manqueront pas d’instrumentaliser ces innocentes victimes.

Or, considérant que nous sommes dans un processus de changement civilisationnel, il y a un devoir de vigilance qui nous force à voir au-delà d’une tristesse bien légitime, tous les aspects de ces événements pour ne pas faire le jeu des opportunistes de tous genres.

En ce sens, il nous faut dire et redire, que l’Islam n’est pas qu’un exercice de piété et de recueillement, mais que c’est aussi une idéologie politique, inventée par l’homme, pour l’homme, et sans dieu révélé. Quoi qu’en disent les plus sincères et dévots musulmans, l’Islam, c’est aussi une vision figée du monde qui aliène et conditionne tristement moult de ses adeptes. Les religions sont prétentieuses, présomptueuses, arrogantes et interprétatives et font que nous ne vivons pas tous ensemble. Par leurs pouvoirs les religions sont assez fortes pour nous haïr mais jamais assez puissantes pour tous nous aimer…

Critiquer des conceptions subjectives et arbitraires du monde n’est pas un manque d’égard envers qui que ce soit. C’est, bien au contraire, un acte courageux de respect et d’humilité à l’endroit d’un appel infiniment plus vaste et profond, celui de vouloir encore et toujours plus de sens, de vrai et de vérité…

Le cosmos est tellement vaste, coi et mystérieux que nous devrions cultiver bien davantage la tempérance et l’introspection que la foi aveugle et les cultes sectaires. Notre savoir est si partiel et tellement dérisoire, en regard d’une immensité si dantesque, que nous devrions ÊTRE NOUS TOUS TELLEMENT PLUS ENSEMBLE…

Jean Pierre Létourneau
jpl.fables@gmail.com

 

Graines de concorde

Poème de Jean Pierre Létourneau
Trois semences issues d’une même fleur.
Trois semences soufflées vers autant d’ailleurs,
Allèrent chacune au gré de l’air et du vent
Se poser en des lieux fort différents.
Du moins en apparence,
Selon, de chacun, son allégeance…

Ainsi, la première, au cimetière musulman,
Pris racine, tige et plant.
La seconde en fit autant,
Sur le tombeau d’un incroyant.
Et la dernière, finalement, poussa
Près d’une tombe marquée d’une croix.
Bref, les jours passent et vont,
Si bien qu’en ces terres identitaires
Partout et de pareille manière

Arriva même feuillaison et floraison.
Me faisant dire combien
Sots sont les humains,
De croire à grand tort
Qu’un simple mort
Béni, honni ou autre,
Nourrirait avec ou sans prière
Tout autrement la terre.
Alors que sous nos yeux,
Les miens, les vôtres, les nôtres
La vie nous enseigne à voir infiniment mieux.

Hommes désunis la vie entière,
Reposez ensemble sous terre,
Car les fleurs n’ont que faire
De vos dogmes, entraves et frontières…

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X