Internet haute-vitesse dans les Laurentides

Internet haute-vitesse dans les Laurentides
Actualité

Pris en otage

Je n’ose pas croire ce que j’entends! Le nouvel installateur de services Internet à qui j’ai donné rendez-vous pour le lendemain, m’informe qu’il ne pourra pas m’installer son service: «Because» une injonction temporaire l’empêche de servir la clientèle de RuralConnection.ca. Des dizaines de personnes viennent de recevoir le même appel. Depuis trois ans, près de 1000 résidents de Prévost et St-Hippolyte, dont je suis, sommes pris en otage par le serveur RuralConnection.ca (Amerysis).

Pourquoi pris en otage? Aucun grand fournisseur, tel que Vidéotron n’offre le service Internet haute vitesse, le vrai, dans certains secteurs des Basses Laurentides. Impossible donc de pouvoir jouir d’une connexion stable et performante. Impossible de travailler à la maison correctement pour des centaines de résidents.

En allant sur le site de RuralConnection.ca, je constate que l’on peut tester la vitesse de notre système. Ce qui fut fait. Résultat: 487.50kbps . Les spécialistes vous diront que les vitesses de services haute vitesse se chiffrent en Mb/s. 1Mb/s = 1024Kb/s.

Et j’apprends sur un site gouvernemental (CRTC) que pour être considérée de la haute vitesse (aussi appelée Large Bande), une vitesse de 1.5Mb/s doit être observée. Nous, les citoyens de seconde zone, sommes très loin du compte!

Un peu d’histoire

Soyons justes, il y a trois ans RuralConnection.ca s’est présenté comme un sauveur, celui qui nous permettrait d’entrer dans le 21e siècle comme 60% des foyers québécois qui ont la vraie haute vitesse. En fait, voici ce que dit encore aujourd’hui la publicité de RuralConnection.ca: Fondé avec la mission expresse d’aider les gens en milieu rural à se brancher à la plus haute vitesse possible, à prix raisonnable avec un service à la clientèle hors pair, RuralConnection.ca offre un service des plus alléchants… Au fil des mois, nous avons compris le terme «se brancher à la plus haute vitesse possible». L’idée de RuralConnection.ca était louable puisqu’aucun grand fournisseur ne peut venir servir certaines régions du Québec. Je n’en saisis pas encore les véritables raisons, puisque nous n’habitons tout de même pas dans une forêt lointaine. Entretemps, les promesses de Rural n’ont pas été tenues.

Un nouveau fournisseur

Nous attendions avec impatience LE fournisseur qui nous délivrerait de nos chaînes. En octobre dernier, NornetHV.ca arrivait avec une nouvelle technologie MIMO (Multiple Input Multiple Output) qui offre semble t-il, une vitesse de 5Mb/s. (5 000Kb/s). Vous lisez bien! C’est le jour et la nuit avec ce que nous recevons actuellement, si bien sûr le service est à la hauteur. Alléchés par cette nouvelle perspective, plusieurs clients de RuralConnection ont frappé à la porte du nouveau fournisseur de services, jusqu’à ce que la porte de la justice nous claque en plein visage. Le nouvel installateur est aussi celui qui travaillait pour RuralConnection.ca qui l’accuse aujourd’hui de lui voler ses clients. Mais en imposant une injonction à NornethHV, RuralConnection nous enchaîne doublement.

Heureusement le vendredi 5 novembre au palais de justice de Saint-Jérôme, le juge l’aura compris. L’injonction temporaire a été levée à une condition: Que NornethHV ne sollicite pas les clients de Rural. Par contre, les clients de Rural peuvent demander les services de NornethHV. C’est ce qu’on appelle la libre concurrence et le droit du consommateur de frapper à la porte qu’il lui plaît et pour ses meilleurs intérêts possibles. Après tout, nous sommes en terrain capitaliste! Je l’avais presqueoublié avec cette histoire.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X