Le sommelier, c’est vous!

Caroline Chagnon et Jacques Orhon présentent Le sommelier, c’est vous! PHOTO : François Couture
Le sommelier, c’est vous!
Sandra Mathieu
Actualité

Jacques Orhon. PHOTO: Josiane Duval

La nouvelle offrande de Jacques Orhon

Le maître sommelier adélois d’adoption Jacques Orhon, en collaboration avec la sommelière Caroline Chagnon, propose un ouvrage qui permettra à monsieur madame Tout-le-Monde de servir, déguster et harmoniser les vins comme un pro. Le sommelier, c’est vous! est l’aboutissement de neuf mois de travail complice, mais surtout le fruit de plusieurs décennies d’expériences dans le domaine. Rencontre avec un amoureux du vin authentique et contagieux alors que son livre, encore tout chaud, vient de sortir des presses.

Fidèle à lui-même, Jacques Orhon prône, au fil des chapitres, une approche simple et sans prétention. Un sommelier s’invite littéralement chez le lecteur pour transmettre les secrets des accords vins et mets. Au passage, il découvre des astuces et outils pour décrypter une étiquette, entreposer et servir à la bonne température, découvrir l’art de la dégustation et du service et mieux maîtriser les accords.

« Au départ, c’est Caroline qui m’a approché pour qu’on travaille ensemble sur un projet. J’ai beaucoup apprécié notre complémentarité, raconte M. Orhon. Elle a apporté un point de vue différent qui permet aussi de s’adresser à des générations plus jeunes qui ne s’intéressaient pas nécessairement au vin il y a dix ans. Je n’aurais pas nécessairement pensé de proposer un accord qui s’harmonise avec un Mac n’ Cheese », lance-t-il en rigolant.

M. Orhon a même ressorti ses notes de cours de l’époque où il était enseignant à l’École hôtelière des Laurentides. Il partage donc des exercices revisités et des fiches de dégustation qui permettent au lecteur d’expérimenter pour mieux comprendre les nuances et apprendre à déguster.

« J’aime faire le parallèle avec la rénovation. Il paraît évident que ça prend un minimum d’outils, et c’est la même chose pour le vin, précise M. Orhon. Les gens dépensent parfois une somme importante pour un bon vin, et il arrive souvent que leur investissement ne soit pas récompensé parce qu’ils ne le mettent pas en valeur. Plusieurs se compliquent la vie alors qu’il y a quelques règles de base toutes simples à respecter. En résumé, l’idée c’est de boire le bon vin, dans le bon verre, à la bonne température, avec le bon plat et les bonnes personnes! Ici, on ne fait pas de philosophie, mais on soulève des questionnements! »

Une approche revisitée

Les accords vins et mets y prennent une place importante et les auteurs proposent une approche différente où plusieurs avenues sont explorées. Ainsi, selon les catégories de plats, le type de cuisson et les ingrédients clés, on nous propose des pistes pour comprendre les meilleurs choix de vin. Pour chacune des déclinaisons, quatre valeurs sûres sont recommandées et sur les 300 étiquettes présentées, 50 sont des vins bios.

Conscients que l’art de la table reste très subjectif et que ce n’est pas une science exacte, les auteurs présentent également une étude des profils aromatiques des vins selon les différents cépages pour permettre d’explorer les accords naturels.

Au cœur d’une maquette sympathique au graphisme coloré et dynamique, on nous présente plusieurs tableaux synthèses, illustrations, encadrés explicatifs et index pratique qui en font un outil de référence que l’on peut consulter quotidiennement ou au besoin. Un livre à assurément garder à portée de main dans la cuisine!

 

Mini biographies

Conférencier, professeur et expert en dégustation, Jacques Orhon est maître sommelier et fondateur de l’Association canadienne des sommeliers professionnels. Véritable globe-trotteur du vin, il habite Sainte-Adèle depuis 1976 et parcourt depuis plus de 40 ans les vignobles du monde. Ses ouvrages ont été maintes fois récompensés, notamment Le vin snob, qui a reçu le prix en littérature de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.

La passion pour le vin de Caroline Chagnon s’est consolidée au cours de ses trois années à la SAQ, où elle travaille parallèlement à ses études en communication à l’Université de Sherbrooke. En 2014, elle officialise son entrée dans son domaine de prédilection en poursuivant un ASP en sommellerie au Centre 24 Juin de Sherbrooke. Elle part ensuite quatre mois en Europe parfaire ses connaissances en sommellerie, viticulture et œnologie. Sa verve communicatrice l’amène à écrire des chroniques sur le vin.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X