Rencontre conservation Laurentides

Kim Marineau, présidente d’Éco-corridors laurentien qui s’adresse à la foule présente. PHOTO: Courtoisie.
Rencontre conservation Laurentides
Jean-Claude Tremblay
Actualité

Éco-Corridors Laurentiens

Le 7 juin dernier au magnifique Domaine Saint-Bernard à Mont-Tremblant, avait lieu un important rassemblement : le Rendez-vous conservation Laurentides. Ce forum en était à sa 6e édition et avait pour mandat de réunir les acteurs de la région, intéressés par la conservation des milieux naturels. Ainsi donc, on a eu droit à des témoignages d’experts et de citoyens impliqués, ainsi qu’a une conférence sur la relation entre la connectivité et les changements climatiques.

On y a évidemment parlé de l’importance de faire protéger les terres, mais aussi abordé la mortalité routière de la faune, et traité du lancement d’une plateforme de science citoyenne, sur la localisation des carcasses.

Une vision claire

C’est en 2013 que l’organisme Éco-corridors Laurentiens se dotait d’une vision stratégique de connectivité entre les aires protégées, autour de laquelle allait s’attacher une série d’actions.

Cette noble vision, il l’a décrive ainsi : « Relier le Parc national d’Oka au Parc national du Mont-Tremblant par un réseau d’éco-corridors et d’aires protégées interconnectées, traversant le territoire des Laurentides ».

J’ai pour ma part particulièrement apprécié mieux comprendre les enjeux et les liens entre cette fameuse connectivité des territoires, et les déplacements fauniques. Je retiens que sans ces passages, non seulement plusieurs espèces animales vont disparaître, mais c’est tout un pan de la biodiversité, essentielle à l’être humain, qui va s’éteindre.

Là-dessus, j’ai appris beaucoup de la dynamique biologiste Kim Marineau, présidente d’Éco-corridors Laurentiens, qui a sonné l’alarme quant à la protection des terres : « On veut faire reconnaître au moins 12 % du territoire comme aires protégées, parce qu’en ce moment, on est aux alentours de 7,8 %, un retard majeur qui aura de graves conséquences ».

C’était aussi l’occasion pour l’organisateur et hôte de tenir son assemblée générale annuelle. « Cette année, de nouveaux bailleurs de fonds nous ont permis de réaliser de nouveaux projets, et d’avancer plus concrètement vers notre objectif de création d’éco-corridors protégés, pour les générations actuelles et futures », a déclaré sa présidente.

Comme le rappelle avec justesse l’organisme : « Conserver des milieux naturels fonctionnels qui peuvent s’adapter aux perturbations naturelles (feu, châblis, maladies) sans perdre leur intégrité est un enjeu de taille dans les Laurentides ». C’est d’autant plus vrai, car notre belle région se développe à la vitesse grand V, et bien que le développement d’un point de vue socio-économique peut être salutaire, la pression démographique constante lorsque mal gérée peut avoir des effets pervers. Il faut donc être aux aguets, et c’est là toute la pertinence de l’organisme que nous saluons aujourd’hui.     

Pour plus de détails, consultez leur site internet : www.ecocorridorslaurentiens.org

Facebook : www.facebook.com/Ecocorridors laurentiens

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X