Sainte-Marguerite exige des travaux

L’état des lieux est pitoyable. PHOTO: Isabelle Houle
Sainte-Marguerite exige des travaux
Isabelle Houle
Actualité

Andrew Guindon, locataire, se sent pris au piège dans son bloc à logements délabré. Il ne sait pas où aller pour sortir de cette situation. PHOTO: Isabelle Houle

Logements délabrés

Un immeuble à logements situé au 154, chemin Masson à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson a besoin d’être complètement rénové. Laissés à eux-mêmes, les locataires demandent de l’aide. De son côté, la Municipalité exige que des actions soient prises.

Moisissures, problème de tuyauterie, infiltration d’eau, cadres de fenêtres brisés, trous dans les murs, voilà à quoi ressemble l’intérieur de ces logements. « Je n’ai pas le choix de vivre ici. J’ai quitté Montréal il y a quelques mois pour vivre près de ma mère. Ma conjointe et moi sommes sur l’aide sociale et on n’a nulle part ailleurs où aller », raconte Andrew Guindon, locataire.

Sur six logements dans cet immeuble, quatre sont loués parce que les autres ne sont plus habitables. « J’ai peur que mon bain tombe au sous-sol tellement il y a de la moisissure dans le plancher », ajoute-t-il.

Avertissement

Pour l’instant, le Service d’urbanisme de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson a émis un avis au propriétaire afin qu’il procède aux travaux nécessaires dans des délais raisonnables. « Si c’était de moi, le bâtiment serait démoli. On tente de trouver des moyens pour corriger la situation et accommoder les locataires dépourvus. On les a aidés à remplir une demande de résiliation de bail à la Régie du logement, mais si on les sort, on les envoie où? », soutient Simon Provencher, directeur du Service d’urbanisme et d’environnement pour la Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson.

Celui-ci ajoute que le dossier pourrait se rendre en Cour supérieure pour exiger la démolition du bâtiment. « On tente de trouver des avenues moins coûteuses pour la ville aussi. »

Les locataires ne payeraient plus leur loyer d’environ 350 $ par mois en raison des nombreux problèmes. Ils soutiennent également ne plus pouvoir joindre le propriétaire de l’immeuble, Simon Jacques. Nous avons aussi tenté de l’appeler, mais son numéro de téléphone n’est plus actif.

Voir les commentaires (3)

3 Comments

  1. celbeaup@gmail.com

    9 février 2018 à 10 h 02 min

    Ma conjointe et moi sommes sur l’aide sociale et on n’a nulle part ailleurs où aller »,

    pourquoi un jeune homme comme vous est sur l’aide social au lieu de travailler a deneiger des entree ou des toits il y a plein de job disponible mettez votre cadran a 7ham et sortez fraper au portes vous trouverez une job en quelques heures et vous allez pouvoir vous permettre un appartement decent

  2. Alain Daviault

    11 février 2018 à 19 h 36 min

    Croyez-vous que la situation actuelle des personnes est un choix ! Au lieu de les stigmatiser d’avantage pourquoi ne pas les aider…afin de leur donner espoir !
    Alain Daviault
    Tria-G-Nord Laurentides

  3. Brurace

    13 février 2018 à 0 h 59 min

    Ce problème se résout TRÈS facilement en deux étapes très simple : Première étape tu bouges et tu te trouve un EMPLOI. Deuxième étape tu ramasses tes affaires pis tu sors de ce trou. Point Final ! Absolument rien ne justifie un tel article, quand on vit des situations difficiles dans la vie on prend les moyens pour s’en sortir NOUS-MÊMES. Point, grouille c’est tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X