À la rencontre d’un semeur de bonheur

François Marcil est la preuve que tout peut se réaliser dans la vie. photo : Claude Bernard
À la rencontre d’un semeur de bonheur
Diane Baignée
Chronique aînés

Chronique Dans le coeur du monde

par Diane Baignée
diane.baignee@gmail.com

Le Jardin de François

Pas facile de vous résumer mes deux visites au Jardin de François. On a beaucoup parlé de cet homme d’affaires, de sa notoriété. Dernièrement, plus d’un reportage faisait état de son histoire et de la splendeur de ses aménagements horticoles. Le Jardin de François, situé à Saint-Sauveur, compte parmi les plus beaux jardins privés du Québec. C’était à ce jour un secret bien gardé.

Dans le cœur de François Marcil

Ébahie par la splendeur des lieux, j’observais du coin de l’œil l’homme qui déambulait dans ses jardins avec un photographe pour capter les plus belles images. En pleine discussion, un événement surprenant. Un oiseau immobile ne bronchait point sis sur la pelouse. Tout s’est arrêté là. François Marcil prit dans le creux de ses mains ce jaseur des cèdres. Une longue pause, le temps qu’il prodigue tous les soins possibles à cette petite bête blessée. C’est à ce moment précis que j’ai perçu l’âme de ce personnage hors du commun.

Aider, donner et contribuer à rendre le monde meilleur. Sa devise. De la bonté marque ce jardin. Des sentiers dédiés à la mémoire de jardiniers, des lieux amusants pour ses petits-enfants. Les visiteurs rencontrés sont touchés par l’aide caritative que cet homme apporte à la cause de l’Alzeihmer. Il remet tous les frais d’entrée à cette œuvre.

Il y a certes des aménagements somptueux, de remarquables sculptures, un environnement bucolique couronné par une rivière et des montagnes, mais ces lieux ne pourraient être si magiques sans l’amour et le respect de ce jardinier pour la nature, ses employés et les gens. François Marcil est l’âme des lieux.

Que dire de l’artiste?

Ce petit coin de paradis a été imaginé, conçu par lui. C’est un talent naturel, ce François Marcil. Il est le créateur de ces espaces intimes et champêtres. Pas de diplôme horticole, que de la passion, de l’intuition, du travail assidu, ajoutés à de l’imagination et à de l’écoute. Il a le sens de la discipline, de la perfection et du détail.

Sa philosophie

«Pourquoi ne pas vous donner un aperçu du paradis avant de mourir?» C’est avec cette pointe d’humour que cet homme de 70 ans nous accueille à la porte d’entrée de son jardin.
Ce que j’ai découvert, c’est une philosophie de vie bien campée issue de la bonté et des encouragements de son père. Des valeurs importantes dans son parcours. «Il faut faire confiance en la vie», s’exclame-t-il.

Pour François Marcil, pas question de plan de carrière. «Je commence par un projet, un magasin, quelques rosiers et je me ramasse avec 17 commerces et un immense jardin […]. Je me dis juste qu’il faut que ça marche […] je n’y peux rien, c’est dans mon ADN», pointe-t-il, sourire en coin.

François Marcil est la preuve que tout peut se réaliser dans la vie.

Finalement, ce n’est qu’un timide résumé de ce que j’ai vu et entendu. J’aurais pu vous en écrire un livre…

www.jardindefrancois.com

www.claude-bernard-photographe.com

Diane Baignée est travailleuse sociale en pratique privée.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chronique aînés

X