Conduire un char

La chronique à Mimi
Conduire un char
Journal Accès
Chroniques

La chronique
à Mimi

J’ai vingt ans et toutes mes dents. Il est passé 23 h. Je roule sur l’autoroute 15 Nord en sifflant, la vie est belle. La voiture qui me précède zigzague dangereusement. Je décide de la dépasser, mais le conducteur appuie sur l’accélérateur si bien que, sans le vouloir, je lui fais ce qu’on nomme une queue de poisson. En jetant un coup d’œil dans mon rétroviseur, j’aperçois dans l’auto une bande de gars déchaînés qui poussent le jeune chauffeur à un dépassement. Rendus à ma hauteur, l’un d’eux passe sa main sur son cou d’est en ouest. Je devine aisément son message. « T’es faite, ma petite… » Et là, débute mon calvaire, car ils font mille péripéties pour carrément m’envoyer dans le décor. Soudain, la vie est moins belle.

Ma seule chance, c’est la vitesse. Je possède une auto plus puissante, alors que la leur date depuis belle lurette. Dans le temps, on disait un bazou. Je fonce alors à toute vitesse espérant rencontrer une autopatrouille. Ils roulent également à fond la caisse. Je dois prendre la sortie 39, mais me demande en même temps si l’idée est bonne. Comme je les ai momentanément semés, je décide quand même de quitter l’autoroute, d’éteindre mes phares et de rentrer dans une cour de maison en haut d’une pente.

À peine quelques secondes plus tard, je les aperçois prendre la même sortie, espérant retrouver ma trace. En même temps, j’entends un drôle de son qui m’écorche les oreilles. C’est mon cœur qui bat à tout rompre. Combien de temps s’est écoulé avant que je reprenne la route? Je l’ignore. Suffisamment pour que l’histoire se termine ainsi et que je rentre saine et sauve à la maison. Comme quoi les rages au volant sont de tout temps. Le bon sens est en voie d’extinction. Ça dérape! Même en été!

Il y en a pour qui conduire une auto donne de l’ego. Combien d’entre nous passons plus de temps à prendre soin d’une carcasse de ferraille plutôt que de chouchouter nos proches? Même chose pour les motos : avez-vous déjà vu une Harley dont le chrome ne brillait pas? Il ne se passe pas une semaine sans que l’on puisse lire qu’un chauffard a tué de pauvres victimes, même ses amis : course folle, alcool et drogue (merci Justin Pot Trudeau). Et dans les journaux, on parlera du fautif comme quoi c’était un bon gars. On ne dit pas le contraire! Il est peut-être bon, mais ça demeure un con. Parfois, il lui arrive d’être repentant. J’ai alors envie de lui dire de ne pas regretter ce qui vient d’arriver parce qu’à un certain moment, c’est exactement ce qu’il voulait.

Pas plus tard que la semaine dernière, la noirceur venait de tomber. Sur la 329, un fou du volant nous a dépassés dans une pente, ligne double. Heureusement, aucune auto ne venait en sens contraire. Si ce n’est pas jouer à la roulette russe et si ce n’est pas un con, alors mon nom est Napoléon. Il ne faut rien espérer de ceux qui sont davantage préoccupés par le bruit de leur silencieux. Et n’allez surtout pas vous obstiner avec cette moisissure de cerveau. Ce serait comme vouloir faire jouir une poupée gonflable. Ces gens-là conduisent un char, pas une auto, souvent les fenêtres ouvertes sur de la musique tonitruante. Chaque fois que j’en croise un, je me dis : « Tiens, voilà un mal-aimé, futur patient d’un ORL pour troubles d’acouphène ».

N’espérez rien d’eux. Mais c’est quand même curieux qu’on se plaigne de la brièveté de la vie alors que tous nos efforts tentent à la passer en abrégé. Des solutions? Si j’avais eu un enfant, dingue de la vitesse en auto, je crois que je l’aurais inscrit à des cours de courses automobiles. Ou j’aurais tenté de trouver un endroit pour qu’il se défonce en toute sécurité. Je me demande même si mon idée a un sens, mais une chose demeure certaine pour moi : les jeunes (surtout mâles) doivent brûler leurs élans de testostérone et d’adrénaline quelque part!

Malheureusement, le choix demeurant précaire, ils roulent sur nos routes. Vas-y mon Zorro!

J’ai quand même un message pour eux : si tu veux parler à Dieu, trouve-toi un endroit tranquille et fais-le, mais si tu désires le voir tout de suite, envoie-lui un texto au volant!

Des commentaires? Contactez Mimi Legault à mimilego@cgocable.ca 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

X