La Famille

La Famille
Martine Laval
Chroniques

En cette période de fin d’année viennent les occasions de réunions de toutes sortes. 

On célèbre le Temps des Fêtes chacun à sa façon, chacun dans sa tradition mais une chose demeure universelle, c’est le temps des rencontres familiales. 

 

D’où que l’on vienne, quoique l’on fasse, la valeur la plus sûre dans la vie est la Famille. On a beau ne pas être près les uns des autres, ne pas se voir aussi souvent qu’on le désirerait pour quelles que raisons que ce soit, il reste que cette famille dans laquelle on est né ou celle qu’on s’est créée, demeure le lien qui nous rattache à des sentiments profonds d’appartenance er d’amour. 

Les liens qui se tissent au fil des ans et de la vie viennent du temps que l’on prend pour se parler, se voir, participer, faire le petit pas de plus pour aider, écouter, être présent tout simplement. Je n’oserais toutefois pas généraliser car la réalité, les faits ne sont pas les mêmes pour tous, mais de façon générale, «on récolte ce que l’on sème».

En s’investissant dans une relation, en s’y engageant, en y mettant sincèrement son coeur, sa compassion, sa tolérance, en acceptant nos différences et le fait que chacun a sa façon d’être, de faire, de vivre, on récolte le respect, la considération, l’estime, d’où bien souvent découlent l’amour et l’amitié.

En ce Temps des Fêtes, que vous soyez les parents, les grands-parents, les enfants ou les petits-enfants, sachez que vieillir ou avancer en âge n’a rien de réjouissant lorsqu’on est seul(e)…surtout lorsqu’on sait que quelque part, la famille existe. On n’est pas toujours seul(e) par choix. Les erreurs commises, le rejet provoqué, le manque de temps, l’appel de l’ailleurs peuvent nous avoir éloigné(e) ou isolé(e) de ceux qu’on aime, mais il n’est jamais trop tard pour se rattrapper et recoller les pots cassés de son existence, quelle que fut la raison de ce bris.

En ce Temps de réjouissances qui approche, tendons la main et recréons les liens nécessaires pour briser la solitude de ceux qui, de proche ou de loin, ont participé à notre vie, à un moment ou un autre. Chacun a sa quête à faire. On ne parcout pas tous de la même façon son chemin de vie mais une chose est sûre, tout le monde a droit au pardon, à la chance, au bonheur. Plions sur notre orgueil, enfermons notre égocentrisme, détournons notre nombrilisme, et ouvrons nos bras pour partager et offrir ce qui n’est pas matériel mais essentiel au bien-être de chacun, de l’hunanité toute entière.

Partageons et offrons un morceau de notre amour. 

 

Heureux Temps des Fêtes et que la vie vous éclabousse de ses bienfaits!

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

  • Big John

    La chronique à Mimi mimilego@cgocable.ca Ma mère est décédée le jour de la fête des Mères et,...

  • Béatitude familiale

    Chronique affaires et économie Jean-Claude Tremblay, MBA Collaboration spéciale jctremblay@cogitas.ca La Fabrique des petits bonheurs Ça faisait...

  • 5 clés pour courir mieux

    Chronique du Marathon du P’tit Train du Nord Jean-François Harvey, collaboration spéciale Tout comme pour la pratique...

  • Les nouveaux papas

    Chronique d’un X jctremblayinc@gmail.com Du latin papa, du grec pappas, aussi décrit de manière plus que douteuse...

X