Levons le voile

Levons le voile
Mimi Legault
Chroniques

Bon, la loi 62 est passée, mais de toute évidence, elle ne passe pas. Les libéraux ont manqué une marche, ils ont déboulé l’escalier en voulant ménager le chou et la chèvre. Cela aurait été un bon commencement de déclarer la laïcité dans tous les lieux publics sans possibilité d’accommodements raisonnables qui jettent ceux qui la contestent dans une fosse à ghettos.

J’aurais préféré une loi moins mollassonne. Certains pays ont interdit le voile intégral au nom de la sécurité et du vivre ensemble. On est loin ici de la religion. Je suis contre la burka, le niqab ou le tchador, qui transforment la femme en nobody. Mais lorsque j’y pense pratico-pratique, je serais tentée d’y trouver un certain accommodement. Personne ne remarquerait mes quelques livres en trop, mon sac de maquillage diminuerait de volume. Plus de problème pour ma peau au soleil, plus besoin de suivre la mode. De méchante humeur? On ne verrait pas ma figure crispée. Moins de visites chez le coiffeur et si je suis recherchée par la police, ce serait plus long pour me démasquer. Pas de mauvaise haleine détectée et si j’assiste à un événement spécial, à une fête ou un gala, je ne passerais pas tout mon temps devant la garde-robe à me demander ce que je devrais porter. Pour mon entraînement cardio… alors là, je me demande bien comment je ferais… C’est ici que nos chemins se séparent.

Plus sérieusement, cette façon de se voiler n’est pas pour moi une question religieuse, elle en est une de respect et de la dignité de chaque femme.

Ça suit une logique incontournable, peu importe le pays où il entre, chaque individu devrait se conformer aux coutumes existantes. Tu choisis le Québec pour sa grande liberté dans sa globalité? Alors, prends-le en entier, pas en tranches séparées. Et la liberté, ça s’inscrit dans un cadre sinon ça devient de l’anarchie. Croyez-vous que je serais capable d’entrer dans la grande basilique de Rome avec une casquette des Canadiens de Montréal sur la tête? Je trouve même surprenant que l’on soit obligé de légiférer sur ce sujet tellement c’est clair comme du jus de chique. Une question pour mister Trudeau : accepterait-il que son épouse Sophie se présente aux douanes en bikini? C’est lui-même qui répondait pour défendre la burka et compagnie qu’il ne fallait pas dire aux femmes comment s’habiller… C’est le même qui a visité une mosquée et qui a fait des bye bye aux femmes reléguées là-haut. Est-ce que M. Couillard verrait d’un bon œil que sa femme monte dans un autobus en gougounes et en camisole? Ces femmes voilées représentent un rejet indéfendable de nos propres valeurs.

Nous avons, au Québec, un principe d’égalité hommes-femmes, oui ou non, merde? Mais lorsque l’un de nous de souche brandit une pancarte contre les dangers de l’intégration, on le traite de tous les noms, mais surtout d’intolérant. Entre vous et moi, qui est le plus étroit d’esprit? De nos jours, tout est devenu infroissable, sauf les gens. Je l’ai dit et le répète : avec sa moue de passeport, le chef du PLQ n’aime pas le Québécois ou, du moins, montre-t-il davantage de compréhension pour tout nouvel arrivant. Ses réponses en Chambre face à l’opposition concernant les immigrants confirment sa condescendance, son attitude remplie d’arrogance et son apathie verrouillée à double tour envers son propre peuple. Je pense qu’on a le droit d’être différent, mais on n’a pas celui d’imposer ses différences. C’est Boucar Diouf qui a dit que « donner des accommodements raisonnables à des intégristes qui refusent de s’intégrer, c’est offrir de la laitue à un crocodile en espérant qu’il devienne végétarien ».

Dernièrement, un juge en Ontario a statué qu’un homme qui forçait régulièrement sa femme à avoir des relations sexuelles avec lui n’était pas coupable d’agression sexuelle parce que ce dernier était musulman. Voyez? Tous ces petits pas à reculons font avancer les radicaux qui testent notre trop bonne volonté. Cette phrase de Simone de Beauvoir est toujours d’actualité, elle s’adresse à chacune de nous : « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devez demeurer vigilantes toute votre vie durant ».

Bien d’accord avec elle.

Des commentaires?
Contactez Mimi Legault mimilego@cgocable.ca

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

  • Attirer les bons talents pour grandir

    Chronique JE SUIS #millénialentrepreneur Par Francis Breault, collaboration spéciale Les marques transforment la façon dont nous vivons....

  • Qui êtes-vous?

    Chronique d’un X par jean-claude tremblay « Ouvre grand la bouche, l’avion approche, fait haaaaaa! Qu’est-ce que tu...

  • Car il y a déprime et déprime!

    Dominique Cloutier N.D.A. – Après un bel automne comme jamais, tranquillement, nous glissons vers l’hiver; les jours...

  • Un prêt sans papier, pourquoi pas?

    Un p’tit 20 piastres par-ci, un 50 par-là. Chronique défi, bien vieillir par Diane Baignée C’est sournoisement...

X