Passionné? Passionnant!

Passionné? Passionnant!
Journal Accès
Chroniques

JE SUIS #millénialentrepreneur

Chronique

Par Francis Breault, collaboration spéciale

Nous entendons de plus en plus parler des raisons d’être des entreprises. Le synonyme souvent utilisé est culture d’entreprise. Souvent, les entreprises en démarrage créent un plan d’affaires avec des valeurs, une mission et une vision et déclinent leurs objectifs dans leur raison d’être. Ceci est un bon départ. Mais aujourd’hui, nous allons creuser plus profond.

À la fin de cet article, vous saurez comment certaines entreprises à succès ont fait pour faire croître leurs affaires jusqu’à l’international.

Je vais commencer par vous poser une question : comment pensez-vous que Starbucks a fait pour nous rendre accros à son café? En plus, ses prix de vente sont supérieurs à ceux de ses compétiteurs.

Je trouve ça intéressant, car il y a un petit resto qui offre du café à quelques pas de notre bureau et nous avons du bon café et une machine à café au bureau, mais rien ne semble égaler Starbucks. Pourquoi? Vous aussi aimez entendre votre nom quand ils vous servent votre café dans un gobelet, avouez!

Vous serez sûrement d’accord qu’il y a une magie dans l’air quand nous entrons chez Starbucks.

Analysons maintenant une entreprise qui vient d’ici.

J’ai une grande admiration pour le fondateur de cette entreprise : Fruits & Passion. Elle a été fondée à Candiac en 1992 par Jean Hurteau, sa femme et son frère.

En moins de 20 ans, l’entreprise est devenue un chef de file mondial. Et entre vous et moi, il y a des marchés plus faciles à développer que celui des soins pour le corps.

Comment l’équipe de Fruits & Passion a réussi à pénétrer les marchés internationaux et à continuer de croître?
L’entreprise s’appelle Fruits & Passion, mais elle porterait très bien aussi le nom PASSION & Fruits. J’entends certaines personnes dire : « Ouin, mais c’est facile quand nous sommes gros et avons de gros budgets… ».

En fait, toutes les entreprises qui sont DEVENUES grandes ont construit leur fondation sur la PASSION.

Votre devoir, aujourd’hui, est de vous poser cette question : comment puis-je rendre mon équipe passionnée de notre mission?

La réponse est probablement au bout de vos doigts. Les gens passionnés sont prêts à faire pratiquement n’importe quoi pour contribuer au succès.

Nous avons lancé notre concours KickstArt le 5 juillet dernier.

Disons que, le 4 juillet, nous avons travaillé jusqu’aux petites heures du matin, car il était rendu 23 h et j’ai eu une idée qui m’a passé par la tête pour lancer le concours.

Nous avions tout préparé d’avance et nous étions prêts, mais non, il fallait que cette idée efface des heures de travail…

Bref, pour réaliser cette idée, nous devions faire appel à un narrateur professionnel. Dieu merci que notre directeur de la création, Étienne LaFrenière, est là.

Je lui ai lâché un coup de fil à environ 23 h 30, il m’a répondu (un peu endormi!) et là, je lui ai expliqué l’idée. Sans hésitation, il s’est levé, a travaillé sur mon script, a préparé son studio d’enregistrement portatif et a enregistré la narration pour notre vidéo de lancement. Nous avons terminé le projet à 5 h 30 et le lancement était à 8 h 30. Pourquoi je vous dis ceci? Merci Étienne d’être passionné et d’être là pour VendArt! Si nous voulons qu’un mariage réussisse, nous devons être passionné(e) pour notre chéri(e). Et c’est pareil pour les affaires. Trouvez votre passion et partagez-la. Écrivez-nous sur Facebook et expliquez-nous votre passion d’être en affaires ou simplement votre passion d’aider ce monde à être meilleur.

Regardez maintenant le résultat final de la vidéo mentionnée plus tôt et ressentez ce que la passion peut faire au

www.agencevendart.com/concours

P.-S. J’ai hâte d’entendre parler de vos passions!

À bientôt et, surtout, continuez d’être passionné!

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

  • Les impressionnistes

    Chronique d’un X Jean-Claude Tremblay Le Salon des refusés, Paris, 1863. À cette époque où le changement...

  • La récolte

    La chronique À mimi En vacances, on a parfois envie de déconner. C’est justement ce que j’ai...

  • J’ai souvenir encore

    Chronique d’un X par jean-claude tremblay J’avais à peine quelques pommes de haut, mais j’ai souvenir encore...

  • Quel été?

    La chronique À mimi Été 2017. Définition du mot soleil : objet dans le firmament non identifié....

X