Sur la « route » de Danielle

Danielle Mercier, du IGA Jasmin de Saint-Sauveur... PHOTO : Thomas Gallenne
Sur la « route » de Danielle
Thomas Gallenne
Chroniques

Tranche de vie

Par THOMAS GALLENNE

« Je vous appelle pour vous dire combien je suis satisfaite du service de livraison du IGA Jasmin de Saint-Sauveur. C’est comme si j’avais choisi moi-même les produits », me lance Raymonde L. de Saint-Sauveur, comme si nous nous connaissions depuis des années. Raymonde a 81 printemps, mais son dynamisme et son sens de l’humour n’y laissent rien paraître!

« Et je veux juste vous dire aussi que Danielle est extraordinaire. Je l’appelle, lui dis ce que je veux et elle s’occupe de ma commande. Quand je reçois les produits chez moi, c’est comme si c’était moi qui les avais choisis! » Raymonde est aux anges. Puis, elle me conte un peu sa vie, ses ennuis de santé et ceux de son mari qui, lui, a 83 ans – tout de même! Des problèmes de santé qui les empêchent dorénavant d’utiliser leur auto pour faire leurs courses. Sont-ils laissés à eux-mêmes, abandonnés, sans famille, ni proches, ni amis? Vous voyez le cliché? Non, absolument pas. Raymonde me parle de leurs enfants bien présents et qui leur rendent visite à chaque occasion. Une famille unie, quoi. Et Raymonde me parle d’amour, combien elle aime son mari qu’elle a marié après plusieurs années de vie commune. On rigole. Après une bonne vingtaine de minutes de discussion à bâtons rompus, nous nous laissons. Elle me dit combien elle me trouve charmant. Je lui renvoie la pareille. Nous raccrochons, puis je poursuis le montage du journal. J’avais oublié que j’étais en tombée, moi!

Quelques jours passent, mais ma discussion avec Raymonde m’habite. Ça se peut-tu qu’une personne de 81 ans soit aussi touchée par un service offert par un magasin, un service aussi anodin que celui de la livraison? Tout de même, il y a quelque chose qui résonne en moi. Après tout, Saint-Sauveur est au sommet des âges médians, avec une population d’aînés surreprésentée. Et si c’était plus que de la livraison?

Je vais pour rappeler Raymonde… plus de trace de mes notes! J’appelle donc au IGA, histoire de mettre la main sur la « femme extraordinaire ». « Vous voulez parler à Danielle? Elle est occupée, je peux prendre un message? » J’insiste en expliquant ma démarche.

Finalement, Danielle me répond et je lui explique la situation, mes blancs de mémoire envolés sur des feuilles volantes, ne me souvenant plus de la dame de 81 ans. « Mais oui, il s’agit de Mme Raymonde! » Alléluia!

Et j’ai fait tourner mon moulin à paroles, ai écouté Danielle me répondre et je suis tombé sous le charme! Je devais absolument venir la voir en action, là, tout de suite. Après m’être entendu avec Stéphanie Jasmin, jeune directrice du supermarché, j’ai sauté sur mon cheval de métal, appareil photo en bandoulière… « Vous faites ma journée!, m’a lancé d’emblée Stéphanie. Ici, on se fait un point d’honneur pour ancrer l’excellence du service à la clientèle, un service à échelle humaine. »

Et Danielle s’est pointée, sourire radieux, mais légèrement gênée d’avoir autant d’attention. Et elle m’a emmené en balade, sur sa « route », poussant son panier. « Je pose le plus de questions possible aux clients pour connaître leurs goûts. Et j’achète comme si c’était pour moi. Je ne leur envoie pas n’importe quoi. Quand il manque un produit ou que je ne le trouve pas, je les rappelle. » Je comprends pourquoi Raymonde a été si touchée. C’est parce que Danielle y a mis tout son cœur. Finalement, cette histoire de commande, c’est un petit peu une histoire d’amour!

PHOTO : Thomas Gallenne

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

  • De l’aigreur à la colère… à la rage!

    Chronique 55 + Suzanne St-Michel, collaboration spéciale La philosophie de vie de ma mère était : je l’ai...

  • C’est le temps des vacances

    Chronique d’un X Jean-Claude Tremblay Pierre Lalonde, 1963. Le classique d’une génération… et de bien d’autres. Je...

  • Conduire un char

    La chronique à Mimi J’ai vingt ans et toutes mes dents. Il est passé 23 h. Je...

  • Le syndrome d’Alice

    Sous le toit de l’Échelon Tranche de vie Par THOMAS GALLENNE Je pose ma casquette de rédacteur...

X