Car il y a déprime et déprime!

Car il y a déprime et déprime!
Journal Accès
Chroniques

Dominique Cloutier N.D.A. – Après un bel automne comme jamais, tranquillement, nous glissons vers l’hiver; les jours raccourcissent et le soleil se fait plus rare… notre moral s’en ressent. Novembre est un mois difficile. Cependant, pour les jeunes, c’est l’Halloween, les déguisements et les bonbons, et pour les moins jeunes débutent les souvenirs et le recueillement, avec la Toussaint et le jour des Morts… les aînés me comprendront.

La déprime est un état passager contrairement à la dépression qui se caractérise par des symptômes bien particuliers et durables.

La dépression saisonnière est une des formes des troubles dépressifs. Il s’agit d’un épisode de dépression qui s’installe à l’automne ou au début de l’hiver et qui, souvent, peut durer jusqu’au printemps. Les symptômes sont les mêmes que tout épisode dépressif : une tristesse permanente et une humeur dépressive, une perte d’intérêt pour ce qui nous entoure et une fatigue intense qui résiste au repos.

À ces principaux symptômes s’ajoutent aussi de l’irritabilité et autres changements d’humeur, une culpabilité excessive, des problèmes de concentration et d’attention, perte de libido, troubles du sommeil, perte ou gain de poids, on connaît une tendance à l’hypersomnie (trop dormir) et une certaine augmentation de l’appétit.

Nous sommes attirés par des sucreries et nous avons tendance à grossir pendant les mois d’hiver.

La cause exacte de la dépression saisonnière n’est pas vraiment connue, mais la diminution de l’intensité et de la durée de la lumière solaire en automne et en hiver semble jouer un rôle prépondérant devant cette déprime. Bizarrement, c’est un trouble qui touche surtout les femmes, soit environ 75 % des personnes atteintes. Les enfants en dessous de 10 ans en sont rarement victimes ainsi que les hommes.

Et que dire de l’autre déprime, la vraie, la dépression?

Il faut tout d’abord la reconnaître comme telle, ce qui n’est pas évident, car elle s’installe subtilement. Comme elle a longtemps été assimilée aux maladies mentales, « celles dont on ne parle pas », elle a mauvaise réputation, et il demeure une part de gêne d’en parler; les vieilles croyances sont solides!
Quoi qu’il en soit, il est tout à fait normal d’avoir des coups de cafard, d’être triste ou tout simplement fatigué, irritable et de faire un peu d’insomnie, à condition que cela ne dure pas.

Les symptômes psychologiques se manifestent généralement sur l’humeur, sur la vie affective et sociale ainsi que sur les émotions.

La personne peut ressentir une grande tristesse sans raison, des sentiments de dévalorisation, une perte d’intérêt pour la vie en général, une impression de solitude, d’abandon, d’inutilité, ainsi qu’une vision pessimiste et négative de la vie.

En plus des symptômes psychologiques, des symptômes physiques viennent s’ajouter, car la dépression, ce n’est pas juste dans la tête, et ils sont nombreux. On retrouve les troubles du sommeil, la perte d’appétit ou le contraire, ce qui induit soit une perte soit un gain de poids, des problèmes sexuels, des douleurs diffuses et des soucis au niveau de la digestion.

La volonté personnelle et le soutien de la famille et des amis ne suffisent pas à guérir d’une dépression. Face à la dépression, le traitement médical reste indispensable. Cependant, il existe des alliés naturels comme le millepertuis pour lutter contre la dépression. Cette plante a des vertus prouvées contre le syndrome dépressif. C’est une plante jaune, vivace, qui fleurit au début de l’été. C’est au Moyen-Âge que le millepertuis commence à être réputé pour soigner des troubles neurologiques. En Allemagne, depuis 1988, le millepertuis est officiellement reconnu comme médicament antidépresseur. Il est devenu aujourd’hui, dans ce même pays, le premier médicament prescrit en cas de dépressions légères à modérées (dépressions saisonnières, dépressions réactionnelles ou dépressions n’étant pas liées à une autre maladie).

La déprime comme la dépression ne sont pas à négliger et touchent tous les âges, tous les sexes et toutes les catégories sociales. La dépression peut tous nous concerner. Alors, n’hésitez pas à demander des conseils.

 

Coup de coeur

Le millepertuis!
Le millepertuis vient de recevoir une autorisation de mise en marché officielle, et la reconnaissance de ses vertus antidéprime comme antidépresseur par voie orale. Le millepertuis (Hypericum perforatum) est le médicament à base de plantes le plus vendu en Allemagne et aux États-Unis.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

  • Levons le voile

    Bon, la loi 62 est passée, mais de toute évidence, elle ne passe pas. Les libéraux ont...

  • Attirer les bons talents pour grandir

    Chronique JE SUIS #millénialentrepreneur Par Francis Breault, collaboration spéciale Les marques transforment la façon dont nous vivons....

  • Qui êtes-vous?

    Chronique d’un X par jean-claude tremblay « Ouvre grand la bouche, l’avion approche, fait haaaaaa! Qu’est-ce que tu...

  • Un prêt sans papier, pourquoi pas?

    Un p’tit 20 piastres par-ci, un 50 par-là. Chronique défi, bien vieillir par Diane Baignée C’est sournoisement...

X