Une histoire d’amour au goût du jour

Pascal Plante, réalisateur scénariste du film Les faux tatouages. PHOTO: France Poirier
Une histoire d’amour au goût du jour
Journal Accès
Culture

Les faux tatouages

France Poirier – Le premier long-métrage du jeune réalisateur Pascal Plante, Les faux tatouages, connaît un succès auprès des critiques.

« Nous arrivons d’un festival à Berlin où le film a reçu un excellent accueil tout comme nous avions connu en janvier aux États-Unis. Présentement, je suis en tournée médiatique et je suis fier de la réception que l’on fait du film », raconte le réalisateur de 29 ans.

Étant un grand consommateur de cinéma, il dit s’inspirer des carences qu’il retrouve dans certains films. « Je voulais faire un film romantique, mais qui soit authentique et c’est ce qui ressort des critiques. »

Le film témoigne de la rencontre amoureuse de deux jeunes de 18 et 19 ans.

Mag (Rose-Marie Perreault, qui crève littéralement l’écran) aborde Théo (Anthony Therrien) après un spectacle auquel ils ont assisté seul chacun de leur côté.

Elle entame la conversation sur le faux tatouage qu’arbore le jeune homme. Celui-ci fête seul ses 18 ans ce soir-là.

Il est un peu sombre et s’est coupé de tout le monde. On apprendra au cours de l’histoire les raisons qui l’ont poussé à s’éloigner de ses amis et des réseaux sociaux.

Théo s’épanouit auprès de Mag qui réussit à le faire sourire et même rire.

Jeune femme colorée et marginale, on peut dire que Mag ne s’enfarge pas dans les fleurs du tapis. Malgré le départ de Montréal de Théo à la fin de l’été, on sent un début d’idylle amoureuse entre le jeune couple.

En effet, Théo doit partir de Montréal où il ira vivre chez sa sœur pour ses études à La Pocatière.

Au cours du film, on comprend ce choix de quitter une vie qui le tourmentait et de recommencer ailleurs.

Avec son sens de l’humour unique, Mag compare la fin de leur relation à la date de péremption d’un yogourt. Lorsqu’elle a appris que Théo quittait le 21 août, elle mangeait un yogourt dont la date de péremption était le 21 août, elle y a vu un signe.

Un autre projet

Pascal Plante a commencé l’écriture de son prochain film qui mettra en lumière les coulisses de la performance de nageurs de haut niveau. Ayant un passé de nageur de compétition, Pascal Plante s’intéresse à ce qui se passe après la carrière d’une nageuse olympique.

Le film, quoi que fiction, pourrait mettre en vedette de vrais nageurs qui ont vécu un parcours d’athlète de haut niveau de compétition.

Ce projet devrait sortir en 2019.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Culture

X