L’Envol de l’aigle, selon Hélène Rondeau

La sculpture, L’Envol de l’aigle, à l’intersection des rues des Souchets et des Malards, à Sainte-Adèle.
L’Envol de l’aigle, selon Hélène Rondeau
Valérie Maynard
Culture

Sculptrice

Si vous passez par le chemin de Deauville, à Sainte-Adèle, arrêtez-vous à l’intersection des rues des Malards et des Souchets pour admirer la sculpture d’Hélène Rondeau. Intitulée L’Envol de l’aigle, la sculpture, haute de presque 7 pieds, a pris forme à partir du tronc d’un immense pin malade abattu il y a deux ans, et grâce à l’imagination de la sculptrice et de sa fidèle complice, la scie mécanique.

« Pendant tout ce temps, mon projet a cogité dans ma tête. Quand j’ai eu le feu vert du syndicat et de mon employeur, j’ai sorti ma scie mécanique », raconte la dame au bout du fil. Hélène Rondeau est employée aux Travaux publics de la Ville de Sainte-Adèle. La commande vient d’ailleurs de la ville.

Le 18 juillet, Hélène Rondeau a donné son premier coup de scie. « J’avais dessiné mon idée sur papier. Depuis le début, je savais ce qui allait sortir de ce tronc », poursuit-elle.
Mme Rondeau a mis 12 jours, 60 heures au total, pour compléter sa sculpture. Douze jours, étalés sur trois ou quatre semaines, durant lesquels les gens ont été nombreux à s’arrêter pour voir l’artiste à l’œuvre et apprécier l’avancée de ses travaux. Deux scies mécaniques ont été requises pour réaliser son œuvre : une de 9 livres et une autre de 3 livres, pour plus de précision. « Je n’ai pas de marge d’erreur. Tout est dans la précision. On dirait que lorsque je deviens sculptrice, mes bras deviennent plus forts. » Une plaque indiquant le nom de l’œuvre ainsi que la signature de l’artiste devrait sous peu être apposée au pied de la sculpture.

Deux autres sculptures à la scie mécanique portent la signature d’Hélène Rondeau à Sainte-Adèle. La première, un grand hibou, est située à l’intersection des rues Morin et Chantecler et la deuxième, Histoire de trois (des têtes de chevaux), peut être vue à l’entrée du stationnement de la Place des pentes, au Mont-Gabriel. Mme Rondeau travaille présentement à la sculpture d’un totem de 12 pieds, incluant des figures d’aigle, de chevreuil, d’éléphant, de pic-bois et de huard.

Pour joindre Hélène Rondeau, vous pouvez lui écrire à heleneron@gmail.com.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Culture

X