Nouvelle année, nouveau moi

Nouvelle année, nouveau moi
Omalley

Vous avez lu ou entendu ce genre de prose de début d’année, n’est-ce pas? 

Attendez, je vous vois rouler des yeux.

Même réaction j’ai eue. Ça vous agace, n’est-ce pas?

Ahhhh! Cut this crap de pensée magique!

Santé, bonheur et tous les faux vœux proférés de façon machinale et quasi obligatoire en cette période d’année, aux poubelles.

À cette date, ce n’est plus légal, refusez-les catégoriquement. Assumez votre côté no bullshit.

Parlant de crap, s’il y avait autre chose à bannir : les selfies, je ne suis juste pu capable!

J’en ai assez des : « 2016 c’est mon année, je me botte le cul pis je vais au gym ». Ou pire encore : « Je vais moins travailler».

Au fait, résolution rime souvent avec contrainte, ça casse les couilles.

Un genre de combat utopique entre vous et votre conscience.

Manger moins de chocolat, vraiment?

Sans narcissisme, j’étais pas mal sensass en 2015, comment m’astreindre à cette masturbation motivationnelle semi-vide. Je n’y tiens pas. 

Je crois mordicus que pour écrire sa vie, il faut avoir une dose de confiance, être en mouvement et, surtout, ne pas attendre le Premier de l’an pour tout changer!

Ça valide que les gens en constante remise en question sont sains d’esprit! Hi! Hi! Hi! 

Ce sont les rencontres marquantes, les situations imprévues, les chocs de prise de conscience qui nous remettent en question, qui nous poussent à changer, à bifurquer concrètement. Croyez-moi, la nouvelle année ne va rien changer en vous. Au contraire de ce que vous diront les prêtres de la motivation moderne qui éclosent comme des boutons d’acné à l’adolescence du spiritualisme de masse. Et si vous

vous donniez un leitmotiv, une devise de vie?

Je suis un mec de bucket list, a.k.a « choses à réaliser avant… ».

La mienne se gribouille souvent, aux moments plus curieux les uns que les autres, genre au cinéma ou lors d’une formation. Bref, au rythme de ces étincelles d’envies. 

Mes derniers rajouts : apprendre à danser sur Watch me nae nae et consacrer une journée de canicule à manger uniquement de la crème glacée à des endroits différents.

Vous en avez de ce style d’objectifs totalement futiles, mais ô combien nécessairesà la légèreté de la vie. 

Je songe même à une fuck that list.

Je ne suis pas religieux, mais j’assume un côté spirit. À cet égard, j’ai commencé le sabbat électronique hebdomadaire et ça me fait un bien immense. 

Parfois le samedi, parfois le dimanche, mais chaque semaine. Je tenterai même d’y convertir ma fille. 

Parlant d’esprit : être imparfait, assumer et surtout apprécier les imperfections est un regard que j’essaie de poser. Verra bien où tout ça va me conduire. 

En tout cas, au diable les résolutions, bonjour mode de vie auquel je compte bien conjuguer les verbes applaudir, cultiver, infuser et découvrir au temps présent et à un rythme soutenu.

YOLO comme diraient les Milléniaux.  

Sérieusement, vous voudriez changer quoi chez vous? Rien!

[+] Plus dans Omalley

  • La licorne

    J’ai assisté au C2MTL dernièrement et même recommencé des études en affaires et technologies, convaincu que la...

  • Cuisiner les enjeux sociaux

    J’ai assisté à la grande messe de SidLee, la semaine dernière, à l’Arsenal de Montréal, un rendez-vous...

  • Souffrir sa vie sur deux roues

    Devant les prix exorbitants de location de vélo à Sedona, j’ai choisi d’apporter ma propre monture. Ce...

  • Mettre ses valeurs aux poubelles

    « Papa, va voir sur leur site, ils exposent leurs valeurs avec fierté, il y a même une section ‘’Make a difference’’. Mes amies et moi, on achète au Garage et pis ça nous turn-off complètement cette histoire. » Ma fille-ado s’exprimait ainsi suite au visionnement de l’enquête de J.E. sur les boutiques...

X