Lettre ouverte en réponse à celle des 11 signataires

Lettre ouverte en réponse à celle des 11 signataires
Opinion

Lettre ouverte à propos du dossier de la croix de Sainte-Adèle

Permettez-moi de répondre à une lettre ouverte signée par 11 citoyens, concernant le soi-disant « conflit de la croix ». J’aimerais rappeler à ces gens et à tous ceux qui veulent l’entendre que ce conflit est réglé. Le 4 août 2014, le juge Delorme de la Cour supérieure a rendu un jugement de 34 pages, comprenant 12 ordonnances et déclarations. Ce jugement a été porté en appel par les défendeurs. La Ville a présenté une requête pour faire rejeter cet appel avant même qu’il soit entendu et les trois juges de la Cour d’appel ont donné raison à la Ville le 24 novembre 2014. Ils ont rejeté l’appel en ces termes : « Nous sommes unanimement d’avis que l’appel est voué à l’échec ». En lisant la requête de la Ville, on y apprend que tout au cours des procédures, les défendeurs avaient porté cinq autres décisions en appel, qui ont toutes été rejetées avant d’être entendues. Donc, les ordonnances du juge Delorme sont claires et coulées dans le béton; les parties doivent s’y conformer.
Les 11 signataires de la lettre ouverte connaissent ou devraient connaître ces faits. Alors, pourquoi continuent-ils de faire croire à la population que le dossier de la croix existe toujours. Ce n’est certainement pas dans l’intérêt du bien commun.
Ce qui reste devant les tribunaux, ce sont huit dossiers dans lesquels la Ville, certains employés, des ex-élus et la succession de certains élus décédés sont poursuivis. On leur réclame un total d’un peu plus de 6 millions et demi de dollars. La Ville ne fait que se défendre et elle a le devoir de se défendre. S’il fallait qu’une Municipalité accepte de verser de l’argent dans des situations semblables, elle ouvrirait toutes grandes les portes pour que d’autres citoyens en fassent autant. Je lisais sur le blog d’un des signataires de la lettre que l’offre de règlement à l’amiable du poursuivant s’élève maintenant à 3 250 000 $. Je comprends donc que ces 11 citoyens, qui font « un ultime appel au bon sens », seraient d’accord pour que la Ville utilise l’argent de nos taxes pour donner des millions à un citoyen, en échange de son abandon des poursuites contre la Ville. Si les 11 signataires veulent faire œuvre utile, ils devraient plutôt tenter de convaincre le poursuivant de retirer ses poursuites. C’est lui qui détient la clef.
Ce n’est pas vrai que la population de Sainte-Adèle a donné mandat au nouveau maire de poser de tels gestes irresponsables. Pour ce qui est du résultat de la dernière élection, les signataires y voient un grand désir de changement de la part des Adélois. Cela me rappelle ce que quelqu’un disait. À force de torturer les chiffres, on finit par leur faire dire ce que l’on veut. Je voudrais simplement rappeler que 72,27 % des électeurs n’ont pas voté. Parmi ceux qui ont voté, 51,82 % ont voté pour des candidats à la mairie provenant de l’ancienne administration et 48,18 % ont voté pour le nouveau maire. Je donne quand même la chance aux coureurs et je tiens pour acquis que les nouveaux élus sont suffisamment intelligents pour connaître les conséquences très graves pour le futur, de refuser de défendre la Ville quand elle est attaquée.
Doris Poirier, citoyenne de Sainte-Adèle

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Opinion

  • Val-David : Conseil municipal ou tribunal ?

    Lettre ouverte À Nicole Davidson, mairesse de Val-David, Kathy Poulin, Denis Charlebois et Daniel Lévesque, conseillers municipaux. Lors de la dernière assemblée du conseil municipal le 10 janvier dernier, vous avez démis publiquement Ghislaine Boisclair de son poste de membre du conseil auprès du Comité d’analyse de demande d’aide financière. Ce faisant,...

  • Une tranche de vie par jour, un jour à la fois

    Chaque début d’année, je prends une pause. Une vraie. Je dis à mon entourage que je suis...

  • Deux filles, un hebdo

    D’abord, j’ai vraiment cru qu’il se foutait carrément de ma gueule. Mais comme je trouvais son accent...

  • Voulons-nous chauffer la cabane en brûlant les meubles?

    Lettre ouverte Parti en mission économique en Chine, le maire Robert Milot espère – tel un Ulysse...