Françoise Lamond, le cœur à l’entraide

Françoise Lamond est présidente de l’organisme Prévoyance envers les aînés des Laurentides. PHOTO: Sandra Mathieu
Françoise Lamond, le cœur à l’entraide
Sandra Mathieu
Personnalité

Portrait

Sandra Mathieu, collaboration spéciale

Le parcours de Françoise Lamond en est un empreint de résilience et de dévouement. Portrait d’une femme de cœur qui consacre sa vie à améliorer et à adoucir celle des autres.

Présidente de l’OBNL Prévoyance envers les aînés des Laurentides, la Sauveroise de 68 ans s’implique depuis plusieurs années au sein du réseau de sentinelles, des bénévoles formés et habilités à dépister des situations de maltraitance et à apporter écoute, aide et accompagnement vers la ressource appropriée à la situation. C’est avec des yeux brillants qu’elle parle des projets de l’organisme.

Elle en a fait du chemin avant de s’investir pour la cause des aînés. Mère de trois ans enfants dès la vingtaine, elle touche à plusieurs métiers et a travaillé entre autres dans des écoles de la région comme apparitrice et technicienne avant de retourner sur les bancs d’école dans la trentaine pour compléter un baccalauréat en biochimie et un certificat en enseignement.

Un cheminement lui permettant ensuite de répondre à sa volonté de travailler avec les jeunes.

« J’ai adoré enseigner, lance la retraitée depuis 2010, sourire aux lèvres. J’ai toujours eu un faible pour les jeunes de secondaire 3. J’ai eu un contact spécial et privilégié avec ces ados qui sont à mon avis intéressants et intéressés. C’était important pour moi de les aider à trouver leur voie et de m’adapter à leur réalité et à leur contexte. » La clé de son succès : la bonne communication et la lecture du non-verbal!

Une vie de résilience

Beaucoup trop tôt, en quelques mois, Mme Lamond perd son fils et son mari. « Je devais réagir à ces pertes et je voulais être forte pour mes deux autres enfants et m’impliquer dans quelque chose de positif, raconte-t-elle. En plus de mon travail d’enseignante, j’ai été bénévole pour des festivals : celui des vins à Saint-Adolphe d’abord et, ensuite, celui des arts à Saint-Sauveur. »

C’est à ce moment, à l’été 99, qu’elle rencontre une dame de 78 ans qu’elle accompagnera ensuite au quotidien et dont elle deviendra la mandataire. Une rencontre qui la transformera à jamais.

« Son intelligence, sa vivacité et sa générosité m’ont touchée, se souvient-elle. Même lorsqu’elle était en perte d’autonomie, elle s’occupait des autres. Elle a fait littéralement partie de ma famille jusqu’à son départ en 2015. »

Une femme épanouie

Elle partage aujourd’hui son temps entre le bénévolat auprès des aînés, ses enfants et petits-enfants, son amoureux, la marche, le golf l’été et le ski alpin l’hiver. « J’aime mon parcours de vie, confie-t-elle en quittant notre table du café Vert vert à Piedmont. Ce que je suis devenue, je le dois en grande partie à mes parents. Ils s’aimaient et ils nous communiquaient cet amour. Ma mère a été ma première source d’inspiration avec son don de soi; elle était toujours prête à donner de son temps. Je suis chanceuse, car j’ai toujours côtoyé des gens exceptionnels. »

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Personnalité

X