Une Adéloise atteint la finale en Coupe du monde à Tremblant

Valérie Gilbert (10e), de Sainte-Adèle, a réussi sa meilleure performance à vie en Coupe du monde à Tremblant.
Une Adéloise atteint la finale en Coupe du monde à Tremblant
Luc Robert
Sports

Ski acrobatique

Luc Robert – La skieuse Valérie Gilbert, de Sainte-Adèle, a atteint la finale pour la première fois en Coupe du monde, lors de la manche tenue à Tremblant. La skieuse a pris le 10e échelon de l’épreuve finale féminine.

« Je m’étais fixé comme objectif de me classer parmi les 16 meilleures. Jusqu’à maintenant, ma meilleure prestation était une 23e position. Il s’agissait seulement de mon sixième départ en Coupe du monde. Je remercie mes entraîneurs, Guillaume Turgeon (bosses) et Geneviève Tougas (sauts), pour l’excellente préparation », a-t-elle souligné.

L’athlète de la relève est particulièrement contente de voir qu’une nouvelle descente a pu si vite épater les juges.

« Je pratiquais à l’entraînement un nouveau saut, un cork 720 degrés, soit deux tours désaxés. Ce saut était en développement et je le sors seulement en compétitions. Je préfère effectuer mon cork en haut, au premier tremplin et mon back-cross à celui du bas. C’est plus confortable pour moi, car je garde ma vitesse. Je voulais être certaine de ne pas perdre de points. »

Trente-neuvième lors de la Coupe du monde de Calgary, le 5 janvier dernier, Valérie Gilbert espère maintenant forcer la main des dirigeants de l’Équipe canadienne.

« Je me situe 7e dans la hiérarchie de l’Équipe canadienne. Sur le circuit Noram, mes prochaines épreuves auront lieu à Val Saint-Côme et ensuite à Kennington, au Vermont. C’est ensuite, pendant le repos de deux semaines, que les dirigeants de l’Équipe canadienne réévalueront l’alignement féminin, en vue des trois dernières coupes du monde. J’aimerais participer au calendrier de l’équipe nationale à temps plein », espère l’athlète de 19 ans.

Son parcours semble se façonner vers les Jeux d’hiver de 2022, à Pékin. « C’est l’objectif. J’essaie de toujours progresser. Je skiais avec mes parents très jeune, à ski Vallée-Bleue, à Val-David. Plus tard, l’ancien olympien Stéphane Rochon m’a repérée. J’ai continué à skier au Mont Alta (4 ans), puis au Mont Saint-Sauveur (2 ans). Je poursuis mon chemin. »

Par ailleurs, soulignons que Justine Dufour-Lapointe, la plus jeune des trois sœurs montréalaises, a remporté sa première victoire de la saison, sur le circuit de la Coupe du monde.

Chez les hommes, la séquence de 13 victoires d’affilée de Mickaël Kingsbury, de Deux-Montagnes, a pris fin lorsque le Japonnais Ikuma Horishima l’a coiffé sur le podium, lors de la super finale.

Voir le commentaire (1)

1 commentaire

  1. Guy LeVasseur

    24 janvier 2018 à 14 h 09 min

    Trèes bel article sur Valérie.

    Killington Vermont. Et non pas Kenninton Vermont.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Sports

X