Antoine Truchon, 3e au Jamboree de Québec

Antoine Truchon exécute des figures au Absolute Park, en Autriche. PHOTO: COURTOISIE
Antoine Truchon, 3e au Jamboree de Québec
Luc Robert
Sports

Planche à neige

Le planchiste Antoine Truchon a pris la troisième position du Big-Air de surf des neiges, lors du 13e Jamboree présenté à Québec. Avec un total de 168 points, seuls Maxence Parrot et Jonas Boesiger l’ont devancé sur le podium.

Antoine Truchon a bien fait à Québec, avec une 3e place. PHOTO: COURTOISIE

Tout juste arrivé d’Autriche pour la pratique précompétition dans la Vieille Capitale, l’athlète de Sainte-Adèle a bien concédé la victoire à son compatriote québécois.

« Maxence a simplement exécuté un meilleur 2e saut, plus gros (difficile) que le mien. Chapeau à lui. J’avais décidé de faire un switch back 240 et un front side 260. »

Après un horaire tranquille en début d’hiver, le planchiste de 27 ans a connu un horaire chargé en mars 2018, avec une 2e place au Big-Air de la Slovaquie, une 10e place à la Coupe du monde de splopestyle d’Italie, avant d’arracher le bronze à Québec.

« Ma saison hivernale s’est terminée à Québec. Là, c’est le temps de relaxer à la maison et d’aller voir le chiro (rires). Je repars seulement à Whistler en mai. Pour ce qui est du Big-Air de Québec, on a eu la meilleure année en termes de température. Les gars pouvaient mieux exécuter leurs sauts grâce à ces conditions. En finale, l’atmosphère était électrisante : je n’ai jamais vu ça aussi rempli », a-t-il relevé.

Sur le circuit de la Coupe du monde, Truchon s’explique bien les variations de positions au classement.

« Les formules sont différentes (au Big-Air et slopestyle) et les conditions varient à chaque endroit. Le snowboard n’est pas un sport uniforme. Mais juger reste subjectif. Il arrive qu’on se fasse avoir (aux pointages), mais après les compétitions, les juges sont ouverts à nos commentaires. Surtout quand les riders participants se regroupent et communiquent leurs points de vue. »

Truchon entend retourner travailler dans le domaine de la construction, en Colombie-Britannique, avant d’entreprendre une nouvelle campagne sur les pentes.

« Je ferai du vélo et de l’escalade pour garder la forme. Je fais de mon mieux pour demeurer parmi les meilleurs. J’aimerais incessamment m’offrir un meilleur entraînement, mais c’est cher. L’idéal serait que je puisse me faire construire un saut d’entraînement qui me permettrait quelques semaines de préparation additionnelle. Malgré tout, ma carrière va assez bien. »

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Sports

X