Garder la motivation

Garder la motivation
Journal Accès
Sports

Chronique marathon

Par Alain Bordeleau

Le marathonien Alain Bordeleau propose une chronique bimensuelle et, à partir du 26 juillet, les coureurs pourront suivre son plan d’entraînement structuré hebdomadaire jusqu’au marathon.

Dans un monde où tout va de plus en plus vite et où on nous demande d’être toujours de plus en plus performants, il n’est pas toujours facile de concilier travail et famille. Imaginez si, à cela, on ajoute une activité qui demande temps et efforts. Il n’est pas surprenant qu’à l’occasion, on puisse manquer un peu de motivation.

Selon la définition du dictionnaire, la motivation est « une force intérieure qui nous pousse à agir ». C’est elle qui nous fait persévérer dans l’atteinte des buts qu’on s’est fixés. Mais aussi forte soit notre motivation, les aléas de la vie quotidienne peuvent souvent influencer sur le niveau de celle-ci.

Quelques petits trucs pour garder et entretenir sa motivation

La première source de motivation, c’est d’aimer l’activité qu’on pratique. Si je suis capable de dire « j’aime courir » avant « j’aime compétitionner », j’ai déjà une bonne longueur d’avance, question de motivation. Si une blessure me force à ralentir l’entraînement et à suspendre les compétitions temporairement, je pourrai toujours compter sur mon plaisir de courir pour rester motivé. Quoi de plus motivant que de pratiquer une activité qui nous fait du bien et qu’on aime?

Bien établir vos priorités et bien les ordonner au quotidien est une autre façon de rester motivé. Établissez un horaire et respectez-le. Adoptez une « certaine » discipline et passez à l’action. Si vous faites seulement un entraînement sur deux, parce que : l’horaire de travail, la garderie, les enfants, etc., votre motivation ira probablement en diminuant. Organisez votre horaire quotidien de façon à placer votre entraînement à une heure qui ne sera pas en conflit avec toutes vos autres activités. Laissez-vous le minimum d’occasions de pouvoir dire : « Je n’ai pas le temps de m’entraîner aujourd’hui ». Et, surtout, quand l’heure de l’entraînement est venue, ne pensez pas trop… Enfilez « vos habits de coureur » et c’est parti! Bien sûr, il faut savoir s’ajuster aux imprévus, tant que les imprévus ne deviennent pas la norme!

Si vous êtes habitué à courir en solitaire et que vous sentez la motivation fléchir, planifiez un entraînement avec un ami ou joignez-vous à un groupe. À deux ou à plusieurs, l’entraînement devient beaucoup plus facile. On ressent moins la notion de l’effort et plus une sensation de jeu ou de socialisation. Vous produirez le même effort que si vous étiez seul, mais votre attention ne sera pas uniquement focalisée sur votre action. L’effet de groupe est toujours très stimulant et énergisant. Pensez à ce que vous ressentez lorsque vous vous retrouvez sur une ligne de départ avec quelques centaines ou quelques milliers d’autres coureurs.

Une fatigue chronique peut anéantir votre motivation. N’hésitez pas à prendre une ou quelques journées de repos additionnelles si vous vous sentez fatigué. N’hésitez pas à ajuster vos heures de sommeil. N’attendez pas que la fatigue s’installe. C’est votre corps qui vous parle. Si le corps est fatigué, immanquablement, vous en ressentirez les répercussions au niveau de votre mental et de votre motivation.

La motivation est avant tout un état d’esprit, et une attitude positive au quotidien sera un atout pour entretenir sa motivation. Développez cette aptitude à toujours voir le beau, le bon dans toutes les situations. Fixez-vous des objectifs réalistes à long, moyen et court termes. Ces objectifs peuvent s’étaler sur plusieurs années, exemple : « Dans cinq ans, je veux me qualifier pour le marathon de Boston » ou sur une seule année : « En fin de saison, je veux faire un marathon ». Visualisez, imaginez l’objectif ultime et focalisez sur les petites actions et les objectifs à court terme. Plus vous vous fixerez d’objectifs à court terme facilement réalisables, plus vous nourrirez votre motivation. Quoi de plus valorisant et motivant que d’atteindre un objectif qu’on s’est fixé.

Bon entraînement!

*** *** ***

Rachelle-Béry Saint-Sauveur,
fière commanditaire du Marathon
du P’tit Train du Nord.

 


***

Merci à UN-NATO, l’Association des vétérans des Laurentides pour son implication à titre de partenaire du Marathon du P’tit Train du Nord, le 22 octobre 2017.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Sports

  • Valérie Gilbert reçoit une bourse

    Fondation de l’athlète d’excellence du Québec La Fondation de l’athlète d’excellence du Québec (FAEQ) a présenté le...

  • Une 5e édition réussie malgré la pluie

    Ultranza Trail Malgré une journée grise et pluvieuse, Événements TopChrono, organisateur de l’Ultranza Trail Val-David-Val-Morin, a réussi encore une fois à relever le défi, et près de 400 coureurs se sont donné rendez-vous dimanche dernier au parc régional. Benoit Simard a défendu son titre au 20 km alors que, chez les femmes, Julie...

  • Une première édition pour le Défi 24h Kin-Option

    Course à pied Kin-Option convie les citoyens de Val-Morin et environs à venir encourager les 24 participants du premier Défi 24h Kin-Option qui se tiendra le samedi à partir de midi à Val-Morin. « Notre camp de base sera le camp Edphy d’où les coureurs compléteront à relai des boucles de 5 km...

  • Programme d’entraînement – Semaine 12

    Chronique marathon Alain Bordeleau Dimanche 15 octobre au samedi 21 octobre Jusqu’au 22 octobre, nous vous invitons...

X