Mieux vaut prévenir que guérir!

Mieux vaut prévenir que guérir!
Journal Accès
Sports

Chronique marathon par Alain Bordeleau

Le marathonien Alain Bordeleau vous propose sa chronique bimensuelle et, à partir du 26 juillet, les coureurs pourront suivre à la lettre son plan d’entraînement structuré hebdomadaire jusqu’au Marathon du P’tit Train du Nord qui aura lieu le 22 octobre prochain.

Si vous faites un entraînement régulier, quel que soit le sport et que, dans cette activité, vous faites des mouvements répétitifs, vous êtes alors susceptible de faire face à des blessures.
Si l’on exclut les blessures dues à un traumatisme comme une entorse, une fracture ou toute autre blessure apparentée, la plupart des blessures reliées à la pratique de la course à pied sont des blessures d’usure. On entend par là des blessures qui se développent lentement et qui sont souvent dues soit à un manque de prévention ou encore à une récupération inadéquate. Que le résultat se traduise par une accumulation de tension, une raideur ou encore une irritation qui va en grandissant, il y a toujours des signes annonciateurs auxquels il faut porter une grande attention. Une blessure est toujours incapacitante.
Prenons l’exemple d’une blessure qui est assez fréquente chez les coureurs : la tendinite au tendon d’Achille.
La plupart des blessures au tendon d’Achille n’apparaissent pas subitement. Elles se développent graduellement et s’aggravent d’une façon qui pourrait ressembler à ceci : ça commence par un léger inconfort; qui se mue en une petite douleur constante, même au repos; la douleur disparaît dès qu’on s’active un peu; la douleur persiste même après un bon échauffement; la douleur devient de plus en plus aiguë et, finalement, la douleur devient tellement insupportable qu’elle nous empêche de courir. C’est le repos forcé!

La clé est de réagir dès les premiers symptômes

Il n’est pas toujours nécessaire de tout arrêter, mais il est certain que plus vite vous réagissez, plus vite vous retrouverez l’équilibre.
La capacité de bien identifier la cause du problème peut grandement aider à corriger la situation et, surtout, à la prévenir dans le futur. L’apparition de la douleur est-elle due à une augmentation trop soudaine du volume et/ou de l’intensité de votre entraînement; à des chaussures trop usées; à des nouvelles chaussures; à la fatigue due à un manque de repos; le temps de récupération est-il suffisant entre les séances d’intervalles; un travail d’entretien inadéquat; etc.?

Traiter la cause et non le symptôme

Le tendon d’Achille sert d’attache entre les muscles et le squelette et est soumis à plus ou moins de tension en fonction de notre activité. Dans un corps en santé, cette tension se relâche dès qu’on est au repos. Par contre, l’inflammation survient quand le tendon est soumis à une tension constante. Cette tension finira par causer une irritation qui, à la longue, provoquera une inflammation du tendon trop sollicité.
Les fibres musculaires se contractent et se relâchent dès qu’on fait un mouvement. Une trop grande charge de travail (trop d’entraînement) et une récupération inadéquate perturbent le bon fonctionnement de nos fibres musculaires qui ne parviennent plus à se relâcher. Les muscles se congestionnent, perdent de leur élasticité et créent des tensions excessives sur le tendon.
Le repos et les traitements du tendon pour diminuer l’inflammation ont une certaine efficacité qui peut s’étirer plus ou moins longtemps dans le temps. Par contre, si dès l’apparition des premiers symptômes, on agit directement sur le muscle pour l’aider à se relâcher, on libère la tension qu’il exerce sur le tendon et on empêchera l’inflammation de se développer.
Si vous avez trop tardé et que vous avez laissé l’irritation se développer, il n’est jamais trop tard pour agir. Étirements musculaires ou encore massages sont deux moyens efficaces de prévenir le développement de la tendinite du tendon d’Achille.
Dès les premiers symptômes, agissez! N’attendez pas que la blessure s’installe.
En conclusion, la prévention est toujours la meilleure attitude à adopter si l’on veut rester en santé!
Renforcement musculaire, étirements, repos, bonne récupération, bonne alimentation, bonne attitude, massage, traitement musculaire… devraient faire partie de votre programme d’entraînement.
Bonne course et bon entraînement à tous!

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Sports

  • Au cœur de sa saison préparatoire

    Biathlon Laurentides Depuis déjà quatre ans, Biathlon Laurentides initie les néophytes et entraîne les athlètes compétitifs à...

  • Les nordiques voient le jour

    Triathlon d’hiver Josianne Guay, ostéopathe et fondatrice de la Clinique Ostéo Sport à Saint-Sauveur, démarre l’équipe Les...

  • Des athlètes des Laurentides s’imposent au Saguenay

    Cross-country scolaire Luc Robert – Quatre coureurs du club les MC Guerriers 80, de Piedmont, ont fait...

  • Le triathlon à la carte

    Bionick Depuis cet été, un nouveau club de triathlon fait sa place dans les Laurentides. Le triathlonien...

X