Sébastien Gauthier redonne à la communauté laurentienne

Dominic Poirier (à gauche) est un des espoirs de Sébastien Gauthier en boxe. PHOTO: courtoisie
Sébastien Gauthier redonne à la communauté laurentienne
Luc Robert
Sports

Boxe à Sainte-Adèle

L’ancien champion intercontinental des poids coqs de la WBO, Sébastien Gauthier, a repris le bâton du pèlerin, en transmettant cette fois ses connaissances de boxe aux adeptes s’entraînant au Centre Multi-Sports Evann de Sainte-Adèle.

Celui qui vient tout juste de célébrer son 36e anniversaire de naissance n’a pas ralenti la cadence, bien que ses tempes commencent légèrement à grisonner.

« La fougue et la passion sont toujours présentes. Lorsque j’amène mes boxeurs à Laval ou à Montréal, pour des combats d’exercices (sparing), le goût de ce sport reste éveillé en moi. Si je vois un boxeur qui exécute mal un exercice et peut se blesser, c’est plus fort que moi : je demande à son entraîneur si je peux lui offrir quelques conseils et le corriger », a souligné celui qui a livré son dernier combat professionnel le 8 avril 2014 à Toronto, face à Tison Cave.

À une époque où les clubs d’entraînements et de sports de combats se multiplient, l’ex-professionnel sert cette mise en garde.

« De nos jours, je trouve qu’il y a trop de gens qui se proclament entraîneurs de boxe ou autres sports de combats, sans avoir la compétence. Juste pour faire (tenir) les mitaines plates et faire des séquences, plusieurs demandent des grosses sommes d’argent, sans toutefois trop savoir ce qu’ils montrent. Si un nouveau boxeur prend un mauvais pli, il peut ensuite se faire mal dans l’arène. Il faut vraiment s’informer sur les connaissances de l’enseignant ».

Après avoir été entraîneur à un club de Lévis-Lauzon, Gauthier est revenu dans ses terres jérômiennes. Il tient un commerce d’outillage dans le secteur Saint-Janvier de Mirabel, avec son père.

« Ça faisait longtemps que les associés du Centre Multi-Sports Evann, de Sainte-Adèle, Patricia Walloch et Benoît Dupuis, me sollicitaient lors des visites à la Cage aux Sports, afin que je vienne enseigner à Sainte-Adèle. J’avais pris une pause de six mois de la boxe en 2015, mais j’ai finalement pris la bonne décision en acceptant de venir dans les Pays-d’en-Haut les suivre ».

Toujours sollicité à l’extérieur de la région pour son expertise, le jeune retraité du pugilat entend développer les talents régionaux.

«Nous n’avons pas le même bassin de population qu’à Laval ou Montréal, mais nous recevons environ 20 personnes pour les cours technique de boxe, les lundis soirs, ainsi que les mercredi soirs pour le cardio-boxe. Le recrutement est continuel. Je ne veux pas absolument que le prochain champion provienne de mon arène, mais au moins, qu’il soit québécois. C’est pour ça que je veux mener certains talents d’ici vers la boxe amateure. Rien ne me ferait plus plaisir que de voir de nos jeunes laurentiens accéder aux Jeux olympiques en boxe».

Sébastien Gauthier (22-5-1, 14 k.-o.) donnera une formation du noble art sous peu à Saint-Appolinaire, près de Québec.

« Je suis encore approché pour enseigner à l’extérieur et ça fait plaisir. Je choisis plus les endroits. Quand mes boxeurs des Laurentides auront pris de l’expérience, j’aimerais les amener à certains tournois plaisants, par exemple aux États-Unis dans l’état de l’Ohio. Les possibilités sont illimitées. »

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Sports

X