3 amis

Par Stephane Desjardins

Charmer, tout simplement

Le dernier film de Michel Boujenah,

3 amis, s’attarde exactement comme son titre l’indique, sur les liens indéfectibles de l’amitié. Car, peu importent les gaffes que vous puissiez faire dans la vie, vos amis sont là. Parfois à rebrousse poil, mais présents tout de même.

Boujenah a cette fois imaginé un trio d’amis d’enfance. Deux gars et une fille qui se connaissent depuis toujours. Tricotés serrés. Nos amis habitent une petite ville de Provence, au milieu des champs de lavande et des vignobles. C’est un des aspects intéressants du film: au lieu de nous offrir des images cartes postales de hauts lieux touristiques, le réalisateur s’attarde à filmer quelques places mignonnes d’une petite ville inconnue, et les champs aux alentours.

Revenons au récit: lorsqu’ils apprennent qu’un des membres du trio, Baptiste (Kad Merad) s’est marié aux États-Unis, «sur un coup de tête», sans les avoir invités, la belle amitié est brisée. Des années passent jusqu’à que la mariée plaque notre Baptiste sans avertir. Ce drame va ressouder le trio, qui connaîtra diverses aventures liées aux infortunes de chacun. Car Claire (Mathilde Seigner) et César (Pascal Elbé, qui a cosigné le scénario avec Boujenah) s’emploient désormais à remonter le moral de leur pote Baptiste.

Alors que Claire tente une approche très féminine, axée sur la douceur et la compréhension, César y va de divers stratagèmes plus «complexes». Mais rien ne fonctionne, alors que Claire et César doivent composer avec leurs propres problèmes existentiels. La première tente désespérément de retrouver ses parents biologiques. Le second a toutes les misères du monde à mener une existence convenable, avec un boulot intéressant et une relation amoureuse satisfaisante.

Dans cet univers somme toute assez convenu, Boujenah apporte quelques touches de fantaisie. Comme la mère adoptive de Claire, qui est Noire. Et cette apparition de Philippe Noiret, bouleversante. Ce n’est plus le même homme qui a joué dans le film précédent de Boujenah, Père et fils, tourné il y a quatre ans au Québec. Noiret a pris un tel coup de vieux! Il est décédé d’un cancer, trois mois après le tournage de 3 amis. Voilà une sorte de testament à l’amitié que le monstre sacré du cinéma vouait à Boujenah, l’acteur devenu réalisateur.

On retiendra de 3 amis davantage le ton comique et le message, évident et universel: on pardonne tout à nos amis, car ils sont toujours là lorsqu’on a besoin d’eux. Pour le plaisir et pour les moments difficiles. Et on apprécie le jeu de comédiens qui se livrent naturellement à une caméra qui cherche avant tout à nous charmer et à nous faire rire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de