À la merci des intempéries!

Par Journal Accès

Laurentides et tourisme

Qu’on se le tienne pour dit, les Laurentides n’établiront pas de record quant à l’achalandage de touristes cette année, en ce qui a trait à la période des fêtes. Cependant, fortes de l’expérience passée, nos belles montagnes enneigées en ont vu d’autres, et ce n’est pas devant les dernières frasques météorologiques que l’univers du tourisme baissera les bras. «Dans notre région, cela génère près de 20 000 emplois. Il est vrai que la météo nous a joué des tours deux fois coup sur coup durant les vacances, mais nos entreprises sont maintenant tellement imaginatives, qu’elles trouvent le moyen de se retourner plus facilement qu’avant, et d’intéresser les visiteurs malgré tout», mentionne Diane Leblond, directrice générale de Tourisme Laurentides.

 

«Les commentaires de l’Industrie, suite aux vacances des fêtes, sont ceux d’un départ prématuré de l’hiver, accueilli de partout avec grande joie et engouement, qui a connu une certaine  baisse avec les grands froids devenus problématiques pour les activités extérieures. Mais, c’est surtout le redoux mêlé de pluie qui est venu gâcher la sauce», explique Mme Leblond. «Sans que nous ayons en mains de statistiques précises pour le moment, les aubergistes rapportent qu’il y a tout de même eu un bon flux de fréquentations malgré tout, puisque les gens réservent maintenant leur hébergement à l’avance, et que le taux d’annulation n’a pas été remarquable», souligne-t-elle.

 

Comme la température n’est plus ce qu’elle était, en ce sens que chaque saison vient maintenant avec son lot de surprises météorologiques, les gens qui travaillent avec le produit HIVER, doivent dorénavant anticiper toute éventualité, pour être prêts à offrir une gamme de possibilités aux visiteurs, en toute circonstance. «Le froid ça passe encore, les gens s’occupent à l’intérieur, mais la pluie met tout notre circuit d’activités en stand-by, en plus de dégrader les conditions de neige. Par chance, de nos jours nous sommes équipés de machinerie pouvant remettre les sentiers en état. Le P’tit train du nord est au cœur de bien des activités, et il en est, lui aussi, présentement à se refaire une beauté», note Diane Leblond. «C’est certain qu’on ne peut rattraper ce qui a été perdu durant les vacances. Cependant, l’univers du tourisme ne regarde toujours que devant, et notre prochain objectif est celui de la relâche scolaire de mars, pour laquelle les réservations vont déjà bon train», conclut la directrice.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de