À quand une sortie sécuritaire pour les pompiers sur la route 364 ?

Par Luc Robert (initiative de journalisme local)
À quand une sortie sécuritaire pour les pompiers sur la route 364 ?
L'aménagement de feux de circulation aiderait à la sécurité des automobilistes, sur la route 364. (Photo : Luc Robert)

Foi du maire Jacques Gariépy, le futur aménagement de la caserne des pompiers de Saint-Sauveur, sur le boulevard Jean Adam en direction de Morin-Heights, pourrait enfin signifier à moyen terme une sortie sécuritaire pour tous les véhicules.

Cela ne date pas d’hier que les autorités municipales exigent du ministère des Transports du Québec (MTQ), que l’intersection menant au garage municipal, à la caserne des pompiers et à l’écocentre soit réaménagée avec des feux de circulation, pour éviter des collisions.

« Cette fois, ce ne sont pas des rumeurs, mais des faits. Il est prévu au plan triennal d’immobilisation qu’à moyen terme, probablement en 2023 ou 2024, que le garage municipal soit agrandi et que la caserne des pompiers déménage à une centaine de mètres plus au nord. Aucun terrain ne devrait être acheté pour le garage municipal, car nous possédons déjà le secteur. Les deux services sont un peu à l’étroit dans les bâtisses actuelles, mais il n’y a pas urgence d’agir. Prenons le temps de bien faire les choses », a insisté le maire Gariépy.

Le maire de Saint-Sauveur, Jacques Gariépy, estime qu’un coup de barre doit être donné face aux récalcitrants.

Le lieu de déménagement des sapeurs ne représenterait pas un problème de localisation, non plus, étant situé à proximité des infrastructures actuelles.

« Une éventuelle rue sera construite plus au nord et ce sera une bonne occasion d’obtenir enfin l’assentiment de Québec, pour installer de feux de circulation. En fait, il y a eu trop d’accidents par le passé. Des feux devraient déjà être installés à l’embranchement actuel. Par ailleurs, pour l’édification d’une nouvelle caserne plus au nord, ça ne représenterait aucun problème de couverture du territoire, puisque le secteur visé est centralisé. »

Démarches incessantes

Afin de sécuriser le secteur, qui renferme également à proximité les locaux des policiers de la Sûreté du Québec, du détachement des Pays-d’en-Haut, l’édification d’un carrefour giratoire a été envisagée à une certaine époque.

« Ça fait plus de 32 ans que je siège au conseil municipal, même à l’époque de la Paroisse de Saint-Sauveur. Et depuis tout ce temps, je crois que ça fait plus de 20 ans de démarches infructueuses que nous avons eus avec le MTQ pour établir des feux de circulation. Notre directeur général, Jean Beaulieu, s’est même fait dire par le provincial que les coûts reliés à cette installation seraient de 1 M$ », a évoqué M. Normand Leroux, conseiller au siège 2 et président de la Commission de la sécurité des incendies à Saint-Sauveur.

« Et tant qu’à faire, nous avons envisagé de construire un rond-point, de style carrefour giratoire européen. Mais des vérifications ont noté que ce serait mal commode, car l’aménagement aurait empiété sur les terrains adjacents. Nous sommes donc demeurés avec le croisement actuel, dont la dangerosité n’est plus à démontrer, avec la lourde circulation du secteur. J’ai été témoin d’un accident, à cet endroit, où une de mes voisines a été brulée », s’est tristement souvenu M. Leroux.

Le conseiller Leroux croise les doigts pour que les aménagements prévus règlent les craintes de potentiels autres accidents sérieux dans ce secteur de la route 364.

« Une nouvelle rue et des feux de circulation représentent le meilleur scénario. On regarde pour l’aménagement d’un nouveau concept de caserne, qui utilise un côté pour l’entrée au bâtiment et un autre côté pour la sortie. On parlerait de coûts d’environ 6 M$ pour cette étape », a-t-il conclu.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments