Cet été je ferai un jardin

Cet été je ferai un jardin
Martine Laval
Accès Extra

Ah! Se créer un jardin potager l’été, quoi de mieux? De beaux légumes plantés de nos mains, poussés sous nos yeux, cueillis à pleine maturité, passant de la terre à la table sans intermédiaire, directement. Fraîcheur certaine, goût incomparable.

Mais pourquoi se donner tant de mal alors que les marchés d’alimentation, les marchés publics regorgent de choix, de couleurs et de fraîcheur?

 

«Parce que c’est une tradition chez nous. On a toujours fait un jardin, chaque été. Oui c’est vrai, on se donne du mal, mais une fois les deux mains dans la terre, ça fait du bien, On revient aux choses essentielles de la vie. Ça ground. Et puis surtout, on sait ce qu’on mange» exprime Sheila.

«C’est le contact avec la terre qui

m’importe. C’est gratifiant», raconte

Véronica qui cultive ses herbes aromatiques et médicinales.

 

Antoine quant à lui, fait de la culture en pots. Il trouve ça plus facile et ça lui permet de faire un mélange de terre favorisant la pousse, sa terre n’étant pas assez fertile. «Différentes pousses dans différents pots. C’est beau, c’est l’fun!»

 

Pour Christine et Richard qui font un jardin pour la première fois, c’est le bonheur de manger des tomates et des concombres fraîchement cueillis. Pour Richard, c’est le rappel d’un souvenir d’enfance où il avait mordu dans ces légumes encore chauds du soleil et dont il n’a jamais oublié le goût.

 

Pour Christine, c’est sa première création jardinière. «Je ne fais rien de mes mains, tartes, gâteaux, alors j’ai l’impression de créer. Et puis d’aller dans mon jardin au bord de la rivière, de désherber, d’arroser, de regarder pousser mes légumes, cela m’enchante.» Et pour elle qui est enseignante auprès des tout-petits, des idées de pousse et de bricolage avec matériel recyclé mijotent dans sa tête. «Le jardin ça m’inspire, ça me calme. J’aime. Le bonheur de cueillir et de manger tout de suite le fruit de son travail et l’œuvre de la nature est un acte merveilleux.»

Et puis il y a la mise en pots de sa propre récolte, réserve de fraîcheur assurée. Le fait de manger pendant l’hiver, les légumes de son propre jardin, vaut tous les efforts et ajoute au bonheur de planter, de mettre en terre ce qu’on se mettra sous la dent alors que le vert aura disparu et que tout sera blanc. Savez-vous planter des choux, à la mode de chez nous?

 

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Accès Extra

  • Fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Je ne suis pas mon âge! 

    Chronique défi, bien vieillir par Diane Baignée, collaboration spéciale diane.baignee@gmail.com   S’identifier comme « vieux » n’est plus la...

  • Bien peu de choses pour les aînés!

    Sommet socio-économique de la MRC des Pays-d’en-Haut Suzanne St-Michel, collaboration spéciale Le premier Sommet socioéconomique de la...

  • un talent Monstre

    Émile Proulx-Cloutier Émile Proulx-Cloutier est bien connu pour son rôle de comédien à la télévision, au cinéma...

X