Accident de travail : Technicien expérimenté victime d’une électrocution

Par Luc Robert (initiative de journalisme local)
Accident de travail : Technicien expérimenté victime d’une électrocution

Un technicien de Bell Canada a été victime d’un accident de travail mortel, alors qu’il se trouvait dans une nacelle, sur le Chemin des Résidences, à Saint-Sauveur. L’accident est survenu vers 10 h jeudi dernier.

Les secours ont été appelés sur les lieux, ainsi qu’Hydro-Québec, qui a coupé l’alimentation dans le but de sécuriser l’opération de sauvetage. L’homme a été transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté, en après-midi.

Selon des sources proches du dossier, mais voulant demeurer anonymes, le travailleur décédé était rattaché au bureau de Saint-Jérôme. Il travaillait auparavant au détachement de l’Outaouais. Âgé d’une soixantaine d’années, il était très expérimenté.

La même source a indiqué qu’il effectuait un travail commun, d’où la surprise des spécialistes, qui ont dû reconstituer le triste événement.

« On va laisser l’enquête déterminer les causes de l’accident mortel. Les techniciens, même expérimentés, devront redoubler d’efforts pour bien analyser le travail, avant de procéder à l’avenir », a-t-on suggéré.

Sur place, Travail Canada et le Bureau du coroner ont été informés de l’accident, selon le service des communications de la SQ Sud-Ouest, à Gatineau.

Il s’agirait du troisième décès d’un technicien en télécommunications de Bell Canada, a précisé le syndicat Unifor, qui représente entre autres près de 5 000 employés de bureau chez Bell Canada, en Ontario et au Québec. La direction régionale de Bell Canada, quant à elle, a préféré s’abstenir de commentaires, au sujet de l’accident.

Le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné. Photo : Unifor

Par le biais d’un communiqué sur CNW-Telbec, les dirigeants d’Unifor ont déploré le décès d’un de leurs membres. « Un mort au travail est toujours un mort de trop. Ça ne devrait jamais survenir, mais malheureusement, cela arrive trop souvent », a déploré le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné. « Par respect pour la famille et les amis de la victime, nous taisons son nom pour le moment, mais nous aurons l’occasion d’y revenir, pour lui rendre hommage en bonne et due forme », a indiqué le directeur québécois.

Un soutien psychologique a été mis en branle, afin d’assurer tout le support possible aux collègues de travail de ce membre, de la section locale 81 à Saint-Jérôme. « Nous avons aussi la ferme intention de mener les investigations nécessaires pour savoir ce qui s’est exactement passé. (…) Il faut trouver la cause de ces trois accidents et qu’on apporte les corrections nécessaires pour sécuriser les milieux de travail. C’est plus qu’inquiétant, ça n’a pas de sens », a repris M. Gagné.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments