(Photo : Nordy )
| Par Luc Robert

Afflux de citoyens : La santé et l’environnement à l’enjeu dans les Pays-d’en-Haut

Un résident de Piedmont croit qu’il est urgent que la MRC des Pays-d’en-Haut et ses municipalités se concertent en matière de santé et d’environnement, pour maîtriser les effets du flot de nouveaux résidents à venir s’installer dans la région.

Candidat pressenti à la course électorale de novembre 2021 pour la préfecture des Pays-d’en-Haut, face à M. André Genest, M. Martin Nadon a posé plusieurs questions lors de la dernière réunion virtuelle des maires de la MRC.

Ce dernier est arrivé à des conclusions quasi similaires à celles publiées dans nos pages par la Coalition Santé Laurentides, le mercredi 2 février dernier, entre autres, en matière de santé.

Environnement

Selon une étude de l’Institut de la Statistique du Québec, la migration interrégionale de 2019-2020 a été défavorable aux grands centres et s’est étalée. Les Laurentides sont devenues la région qui attire le plus de nouveaux citoyens au Québec. Entre juillet 2019 et juillet 2020, ce sont 9 067 nouveaux citoyens (qui sont arrivés), pour une augmentation de 1,47% (…). La MRC des Pays-d’en-Haut a attiré, à elle seule, 1 596 nouveaux habitants, soit une augmentation de 3,62% en un an, révèlent les chiffres.

« Nos dirigeants doivent réagir par des actions concrètes, pour la protection environnementale et l’adoption de règles sévères, pour éviter un développement résidentiel et commercial anarchique. Sinon, dans quelques années, nous constaterons que nous sommes devenus une simple banlieue de Montréal », a mis en garde M. Nadon.

Signal d’alerte

Le rapport pourrait servir d’un signal d’alerte, estime-t-il. « La MRC des Pays-d’en-Haut est devenue de loin la MRC augmentant annuellement le plus sa population parmi les 104 MRC du Québec. (…) Si ce taux se maintient, en seulement 5 ans, notre population aura augmentée de plus de 18%. Il ne s’agit pas ici de paniquer, ni de s’emballer, mais de bien prendre la mesure de ces chiffres historiques. »

Ce qui a laissé dire sur le sujet au préfet Genest : « Des municipalités ont déjà commencé à réagir, comme à Morin-Heights, en matière d’urbanisme. Même chose à Piedmont, où des terrains plus grands sont retenus pour des fins d’espaces verts. À la MRC, nous sommes aussi à l’avant-garde, en matière d’environnement, en participant au Programme de soutien à l’intégration et d’adaptation aux changements climatiques (PIACC) », a expliqué le préfet.

« Il s’agit d’un travail difficile, mais la MRC doit identifier dès maintenant les zones sensibles et vulnérables, pour ralentir la cadence de la construction », a proposé M. Nadon.

La santé

La tardivité d’ouverture de la clinique de vaccination de la COVID-19 à Saint-Sauveur serait un exemple des futurs défis en santé, poursuit-il. « La population d’aînés des Pays-d’en-Haut est parmi les plus grandes au Québec. Une histoire de location de bail de six mois n’est pas un argument pour avoir amorcé plus tardivement la vaccination. On aurait dû se battre pour commencer les opérations simultanément avec les autres régions. Les services de santé sont déjà déficients dans notre région, par rapport au reste de la province. Il faut insister auprès de Québec (…), pour que la région rattrape ce retard inacceptable. »

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

1 Comment

  1. Alain Daviault

    Les élus municipaux qui siègent à la MRC se distinguent donc les un des autres par leur potentiel d’agir, afin de s’unifier et de déterminer les meilleures stratégies pour affronter la réalité spécifique de la région et de ses cohortes de population.La meilleure stratégie est de se doter d’une écoute active afin de saisir les vrais besoins. Le constat actuelle entre les municipalités et l’absence de leadership de M.Genest affiche une inconstance dans les efforts déployés à travailler ensemble.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.