La chicane est prise dans la famille!

La chicane est prise dans la famille!
Journal Accès
Actualité

Lettre ouverte

Comme nouvelle résidente de Sainte-Adèle depuis bientôt deux ans, je dois vous avouer que je ne regrette en rien mon choix; c’est un merveilleux endroit pour vivre, et cela, grâce à tous nos pionniers qui ont travaillé si fort à sa création. Mais son histoire n’est pas terminée, nous devons tous continuer à nous épauler pour l’aider à affronter un avenir que nos ancêtres n’auraient même pas pu imaginer.

Or, bien malheureusement, son histoire, en ce moment, semble bloquée! Les relations entre les citoyens, le conseil de ville et même entre certains de ses membres sont tendues, agressives, et nous donnent l’impression lorsque nous, citoyens intéressés, suivons ce que se passe, que nous n’avançons plus. La chicane est prise dans la famille! Une dynamique d’opposition s’est installée. À quoi est-ce dû?

Si ce n’est qu’un problème de communication, ce que j’aimerais croire, cela peut se régler assez facilement avec toutes les technologies de communication actuelles et les sources gouvernementales qui nous permettent, entre autres, de suivre les finances de notre ville, l’un des sujets brûlants de l’heure. Chacun peut apprendre que notre dette à long terme est bien supérieure à celle d’autres villes semblables de notre MRC et même du Québec: 53,54% pour Sainte-Adèle et une variation de 31% à 37% pour les autres (MAMOT, octobre 2017). Notre ville a donc besoin d’aide. Que pouvons-nous faire?

Peut-être, d’abord, nous rappeler que les membres de notre conseil de ville ont été élus et agissent en toute légitimité, ce qui ne les empêcherait pas de gagner de la crédibilité en améliorant leur communication avec les citoyens. Il m’apparaît impossible de bien jouer le rôle d’un conseil de ville, qui est avant tout de prendre des décisions dans l’intérêt de tous, d’être à l’écoute et disponible pour entendre les revendications de ses citoyens, sans une bonne communication. Or, les assemblées du conseil ne répondent pas, et de bien loin, à ce besoin d’être informé.

Ces réunions, d’une durée d’environ deux heures, consistent à la lecture interminable de résolutions et de règlements codés, un vrai charabia pour les braves qui y assistent. Et le plus troublant, l’uniformité des consensus sur tous ces règlements d’emprunts. Tout se termine par une courte période de questions d’une durée de 30minutes, qui devrait servir à éclairer sur les décisions qui sont prises, pourquoi elles sont prises, en quoi elles le sont au bénéfice de tous les citoyens… Bref, bien peu de temps pour expliquer et rendre compte des décisions. Sûrement un élément majeur dans le rôle du conseil de ville.

En somme, expliquez-nous les gestes que vous posez et nous pourrons vous aider à avancer avec le moins de heurts possible.

Ainsi, notre histoire commune pourra reprendre.

Johanne Morrissette
Citoyenne de Sainte-Adèle

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X