pub de recyclage
(Photo : Courtoisie)
District-La-Rolland—Vue-du-ciel
|

Défaut hypothécaire : Joseph Maalouf s’engage à rembourser

Par Luc Robert

Les promoteurs du méga projet récréotouristique planifié à La Rolland disposent de 60 jours pour rembourser une somme impayée de près de 370 000 $.

« Le prêt (hypothécaire) est échu depuis le 10 septembre 2021 et les débiteurs solidaires sont en défaut : a) D’avoir remboursé à son échéance le solde en capital de 274 968,03 $, dû le 10 septembre 2021, ainsi que les intérêts et frais de 95 000 $, calculés en date du 1er novembre 2021. (…) b) Le solde de la créance due en capital et intérêts, au 1er novembre 2021 est de 369 968,03 $ », est-il écrit dans un document publié au Registre foncier du bureau de la publicité des droits de la circonscription foncière de Terrebonne, le 2 novembre 2021.

Maalouf international inc., Groupe la Rolland inc., SODEV la Rolland inc., Divertissement La Rolland inc., Antoine Maalouf et Joseph Maalouf sont visés par un préavis d’exercice de droit hypothécaire de prise en paiement. Si le défaut de paiement n’est pas réglé, les huit lots et la bâtisse érigée sur la rue Rolland, à Sainte-Adèle, pourraient être saisis.

Éviter la saisie

Les débiteurs solidaires bénéficient d’une période de 60 jours pour payer la somme due, ou aviser par écrit le titulaire qu’ils signent un acte de délaissement volontaire.

« Nous réglons le défaut hypothécaire dans les prochains jours et continuons à travailler le montage financier du projet La Rolland. Nous aurons plus de détails au premier trimestre de 2022. On ne parle pas d’annonces publiques à faire au minimum avant janvier 2022 », a confié brièvement le président-directeur général du Groupe La Rolland inc., M. Joseph Maalouf.

La Rolland à Sainte-Adèle

Le groupe M. Joseph Maalouf entend couvrir les arrérages hypothécaires de La Rolland. Photo : Archives

Échéancier repoussé

Il s’agit d’un nouveau report dans l’odyssée du méga projet récréotouristique planifié à La Rolland depuis 2015. Dans la publication d’un précédant papier d’Accès, en mars dernier, M. Maalouf avait envisagé une annonce publique au printemps 2021 pour des développements.

Le budget devait être revu modestement à la baisse, soit de 250 M$ à 220 M$, pour un projet similaire au « District historique de la distillerie » de Toronto. Des boutiques, des restos, des salles d’événements, une brasserie, des événements culturels, des mariages sont autant d’items que M. Maalouf a prévu dans ses cartons.

À l’hôtel de ville de Sainte-Adèle, le directeur-général Simon Filiatreault a souligné que le groupe de La Rolland semble cependant à jour au niveau des taxes foncières.

« À ma connaissance, les Maalouf sont à jour au niveau des taxes municipales. Leur situation hypothécaire ne change rien dans nos relations. On fera affaire avec eux, ou avec un nouveau proprio, s’il y a lieu. M. Maalouf a fait savoir qu’il voulait rencontrer le nouveau conseil municipal. Nous ne sommes pas contre, mais ça ne risque pas d’être à court terme. Le monsieur est un bon fabriquant de rêves. Il est de bonne foi et nous a soumis plusieurs projets. C’est dommage que cela n’a pas débouché à date. Nous n’avons pas reçu de demande de permis de sa part », a-t-il commenté.

La maison des Rolland sauvée

La Ville de Saint-Jérôme s’est entendue avec Marcel Landry de la société Médifice pour sauver la maison patrimoniale des Rolland de la destruction. Les détails de l’entente restent à être précisés, mais le bâtiment sera protégé de détériorations additionnelles d’ici là, a indiqué le maire de Saint-Jérôme, Marc Bourcier.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.