| Deux filles – 1 hebdo – 10 ans |

| Deux filles – 1 hebdo – 10 ans |
Actualité

Mary-Josée Gladu et Josée Pilotte, quand elles parlent d’Accès, c’est d’une même voix, celle de la voie des débuts, il y a dix ans, à laquelle se mêle aujourd’hui l’assurance d’une vision: une voix vive, franche, passionnée, déterminée.

Les deux propriétaires et éditrices de l’hebdomadaire des Laurentides qui célèbre ce printemps ses 10 ans d’existence brûlent plus que jamais du feu sacré. Les 10 ans d’Accès viennent souligner une véritable réussite laurentienne: celle d’un média indépendant, qui a su tirer de façon brillante son épingle du jeu de la convergence qui sévit actuellement, au-delà des discours qui cherchent à décourager; c’est le triomphe de la ténacité face à l’adversité, de l’audace face à la résignation.

Une naissance dans le tumulte
«Au début de cette aventure nous étions surtout naïves, se rappellent les éditrices. C’est d’ailleurs cette naïveté qui nous a permis de passer à travers… À travers les tribunaux, les mauvais présages, les propos assassins, les insultes même!»

Toutes deux travaillaient, en 1998, pour un autre hebdomadaire des Laurentides, La Vallée en fait, qui, à l’époque, était propriété d’un éditeur indépendant, Gilles Ménard. Avant la vente de la publication à un groupe de presse, les relations sont devenues de plus en plus tendues entre l’entreprise et les deux employées, qui ont finalement quitté pour partir à leur compte. «Nous sommes peut-être parties trop vite, disent-elles aujourd’hui. Nous étions très impulsives et instinctives. C’est une force, mais elle doit être manipulée avec soin… Nous aurions évité bien des ennuis!»

C’est que tout a été fait pour décourager: accumulation de mises en demeure et de poursuite («C’est pas des farces: on était rendue chum avec le huissier!»); jalousie marquée («On l’a connue, la jalousie, l’envie: deux filles jeunes et dynamiques qui partent en affaires dans un milieu surtout masculin, ça crée des remous…»), propos désobligeants («Tous les gens de l’industrie nous disaient qu’à moins d’avoir un demi-million, on était mieux d’oublier ça; on a démarré Accès avec 20 000$!»): la naissance ne fut pas simple.

Durant les cinq premières années, nous en avons vécu des nuits blanches! On se demandait, certaines semaines, comment nous allions pouvoir payer nos employés; finalement, ils ont toujours reçu leur dû… mais au prix d’une gymnastique épuisante de notre part.»

C’est un «mécène» qui a cru en elles, Aimé Vialle, de St-Jérôme Toyota. L’homme d’affaires leur a avancé 20 000$…

qu’elles ont d’ailleurs remboursé dans sa totalité à l’échéance (au bout d’un an!), intérêts compris. Le premier surpris de cette célérité fut M. Vialle lui-même.

Cette façon de faire, de respecter sa parole, d’honorer ses engagements est l’une des marques de Mary-Josée et Josée; l’on ne tient pas 10 ans sans cela…
«Quand nous avons tenu dans nos mains la première édition d’Accès, c’était le 10 avril 1998, nous avons fait un “méga-party”! Toute l’équipe pleurait. L’on sentait vraiment déjà que c’était le début de quelque chose de Grand…»

Premières années et grands noms
Établi depuis ses débuts dans la Vallée de Saint-Sauveur, au cœur des Laurentides, pendant presque huit ans, Accès*a tenu haut le flambeau de la Culture dans les Laurentides. Les noms les plus importants ont défilé en Une du journal, au fil des années; des artistes internationaux aux découvertes émergentes; de la musique au cinéma; des arts de la rue aux arts visuels: Accès a été, toutes ces années durant, au coeur de l’actualité artistique: «C’étaient des années à la gestion difficile – nous apprenions le métier, rappellent les éditrices. Mais aussi, c’était une période d’euphorie et d’effervescence… Les vedettes du moment passaient dans nos locaux, nous étions de toutes les premières, etc…»

Le point culminant de cette première partie de «l’aventure Accès» a été la diffusion d’un reportage élogieux à l’émission Le Point, de Radio-Canada…

Virage «Actualité»: se rapprocher

des préoccupations citoyennes

Il y a trois ans, Mary-Josée et Josée décident d’amener Accès sur le terrain de l’information d’actualité: «Cela devenait nécessaire, et pour deux raisons, expliquent-elles. D’abord, le bassin d’annonceurs de la région ne pouvait assurer le développement à long terme d’un hebdo culturel; puis, les lecteurs et les acteurs municipaux nous réclamaient une information plus concrète, plus présente dans leur quotidien…»

Avec ses dossiers bien ficelés, ses intervenants musclés, ses interrogations percutantes, ses entrevues poussées, ses chroniqueurs d’opinion, et une distribution large, Accès se taille rapidement une place de choix dans le paysage médiatique de l’actualité laurentienne; la première année de son adhésion à l’organisme Hebdos Québec, Accès remporte le prix Hebdo de l’année, en présence de 350 personnalités du monde de l’édition québécoise représentant 140 journaux, devant des publications de groupe de presse pourtant imposants: une victoire de David contre Goliath!

Grandir avec Accès

Les deux propriétaires ne cachent d’ailleurs pas les possibilités d’expansion: «Notre vision est bien définie; il n’est pas impossible que nous la développions sur d’autres marchés, en gardant le cap sur la liberté d’expression, la qualité de service à nos annonceurs – qui sont de véritables partenaires de l’entreprise –, l’ouverture d’esprit…»

Les 10 ans d’Accès viennent consacrer l’entrepreneurship de deux femmes d’affaires aux convictions fortes et aux valeurs bien placées.

Les témoignages recueillis dans ce cahier «Accès a 10 ans» disent tout de la place prise dans la région par cet hebdomadaire d’excellence. À lire

Trois dates

Avril 1998

Le premier

numéro d’Accès.

Juin 2006

Accès nommé

Hebdo de l’année

au Québec

Avril 2008

Accès a 10 ans!

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X