Photo: Archives.
|

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson : Élection partielle pour remplacer un conseiller municipal

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

Une élection partielle se tiendra à Sainte- Marguerite-du-Lac-Masson, le dimanche 11 décembre prochain, pour remplacer le conseiller David Monette, qui a remis sa démission.

Le vote par anticipation, lui, se tiendra une semaine plus tôt, le dimanche 4 décembre 2022. « M. Monette a démissionné pour des raisons personnelles. On parle d’un possible déménagement », a commenté le maire Gilles Boucher.

Le journal Accès a tenté de connaître les raisons du départ, auprès du principal intéressé. Au moment d’aller sous presse, nos messages n’avaient pas été retournés.

Lors d’une séance du conseil municipal d’avril dernier. M. Monette, ex-échevin du siège no. 1, avait quitté la salle lors d’un échange musclé entre le maire et une employée de Construction Monco.

« Cela avait créé un certain froid. M. Monette est un jeune entrepreneur qui a du succès, qui travaille partout. J’étais allé le chercher [pour mon équipe aux dernières élections], car il est très dynamique. Il a pris la bonne décision. Le paradoxe, c’est qu’il veut que ce soit bien géré, tant au privé qu’au municipal. Malheureusement, ça coûtera de l’argent de tenir une élection partielle, mais ainsi va la démocratie. On parle ici d’un poste de conseiller sans quartier fixe », a poursuivi le maire.

Outre le maire Gilles Boucher, le conseil municipal de Sainte-Marguerite-du-lac- Masson est actuellement composé de Mme Joan Raymond (siège no. 2), de M. Michaël Vangansbeck (siège no. 3), de M. Daniel Beaudoin (siège no. 4), de Mme Johanne Lepage (siège no. 5) et d’Alexandre Morin (siège no. 6).

Rapport de formation

Par ailleurs, dans un rapport déposé à la séance ordinaire du conseil municipal le 21 mars dernier, le greffière Judith Saint-Louis a confirmé que les élus locaux ont participé à une formation accréditée en éthique en février.

On apprend dans le document que « cette formation a été préparée par Me Joanne Côté, avocate accréditée conseillère à l’éthique au cabinet juridique Prévost Fortin D’Aoust de Boisbriand […] [Elle doit] viser à susciter une réflexion éthique en matière municipale, à favoriser l’adhésion aux valeurs énoncées par le Code d’éthique et de déontologie des élus, [règlement # L69- 2O22 en vigueur depuis le 1er mars dernier], et à permettre l’acquisition de compétences pour assurer la compréhension et le respect des règles prévues par le Code [municipal]. La formation vise aussi le volet rôle et responsabilités des élus municipaux. » Conformément à l’article 15 de la Loi sur l’éthique et la déontologie en matière municipale (LEDMM), tout membre d’un conseil d’une municipalité doit, dans les six mois du début de son premier mandat et de tout mandat subséquent, participer à une formation sur l’éthique et la déontologie en matière municipale.

Ouverture prochaine ?

Dans un autre ordre d’idées, le premier citoyen a laissé savoir que la boulangerie-pâtisserie Graintitude pourrait ouvrir ses portes cet automne.

« Mme Boutet a déposé son plan de rénovations pour le futur commerce situé près de l’hôtel de ville. Tout semble bien aller et le dossier progresse positivement. Les citoyens vont apprécier ce double service. On pourrait assister à une ouverture en octobre, si tout va bien. »

À l’ancien Bistro Show, un feu d’entrée électrique pourrait compliquer les choses. « Et oui, comble de malheur, on a eu un problème avec le panneau électrique. Les assureurs sont justement ici. Il faudrait se reparler pour la suite des choses », a lancé M. Rémi Quenneville, locataire du Bistro Show de Sainte-Marguerite, dans le secteur où devrait être aménagé Graintitude.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.