|

Élections partielles de Saint-Sauveur : Portrait de Nathalie Desjardins

Par Marie-Catherine Goudreau

Les élections partielles de Saint-Sauveur pour le poste de conseiller auront lieu le 5 mai prochain. Trois personnes ont déposé leur candidature : Nathalie Desjardins, Luc Leblanc et Robert Gravel. Accès vous présente un portrait des trois candidats pour vous aider dans votre choix. Entrevue avec Nathalie Desjardins.

Nathalie Desjardins a eu la piqûre pour la politique municipale à la suite de son expérience comme présidente du Regroupement des voies privées de Saint-Sauveur, qui a vu le jour il y a un an. Le regroupement souhaitait que la Ville octroie des subventions pour les propriétaires sur des chemins privés et que la Ville forme un comité qui se pencherait sur le sujet. « On a eu une très belle collaboration avec la Ville et ç’a fonctionné. […] La Ville aura un budget de 100 000 $ pour les chemins privés et nous avons un comité sur lequel je siège, qui participe à l’élaboration d’un règlement », souligne-t-elle.

Lors de ses démarches pour ce regroupement, plusieurs citoyens l’encourageaient à se présenter aux élections. « Je visais plus l’élection de 2025, mais avec le départ de Geneviève Dubuc, j’ai décidé de me lancer ! », dit-elle. « Je me doute que siéger au conseil ne sera pas nécessairement facile. On le voit bien dans les séances qu’il y a [des tensions] entre les élus. Mais je crois que je pourrais amener un vent de fraicheur. J’ai beaucoup d’écoute, et j’essaye de comprendre plutôt que de réagir. Il faut aller ailleurs et avoir du nouveau. Les citoyens veulent que les projets avancent », souligne-t-elle.

« Il y a des beaux plans qui ont été installés à la suite de consultations avec la population : il faut en tenir compte. Puis, il faut aller chercher des idées à plus long terme, plutôt que d’aller à l’encontre », soutient la candidate.

Parcours

Nathalie Desjardins habite à Saint-Sauveur depuis 22 ans. Elle y a élevé son fils qui y vit également aujourd’hui. Elle est aussi aidante naturelle pour ses parents qui vivent eux aussi à Saint-Sauveur.

Elle travaille actuellement comme conseillère en développement et perfectionnement des compétences au Fonds de solidarité FTQ. « Dans le cadre de mon travail, j’ai fait beaucoup de gestion de plaintes et de crises. Je crois que cela ferait de moi une bonne candidate pour tempérer les choses », dit-elle. La candidate indique aussi avoir oeuvré dans le milieu syndical depuis qu’elle a 18 ans et a également travaillé en CHSLD pendant 12 ans.

En plus de son expérience au FTQ, Mme Desjardins est aussi coach professionnelle, certifiée par la Fédération internationale de coaching. « J’ai suivi également plusieurs formations qui pourront m’aider en tant que conseillère municipale, que ce soit en communication, en management ou en intelligence émotionnelle », souligne-t-elle.

Programme

Nathalie Desjardins, qui se lance comme conseillère indépendante, a dévoilé le 8 avril dernier son programme qu’elle a élaboré à partir de sondages réalisés par elle-même, du porte-à-porte et des séances du conseil. Son programme s’élabore sur cinq points :

  • L’économie : « Maintenir un taux de taxation le plus bas possible, tout en étant en cohérence avec les services. »
  • Le réseau de transport cyclable et pédestre : « On a un beau plan de mobilité active qui a été adopté. Les citoyens veulent que ça bouge. Il faut viser plus loin. »
  • L’environnement : « Les inspections pour les installations septiques sont coûteuses. Je suis d’avis, comme d’autres municipalités l’ont fait, qu’il y a moyen d’aller chercher des subventions pour aider les citoyens à payer ces inspections. »
  • La famille et l’éducation : « Il faut moderniser nos infrastructures comme la bibliothèque, le chalet Pauline-Vanier, l’école Marie-Rose (futur centre communautaire). On a beaucoup d’associations qui souhaitent se rencontrer dans des lieux plus modernes. Il faut aussi que la programmation d’activités rejoignent autant les jeunes que les aînés. »
  • Les communications : « Je trouve que la Ville est passive dans ses communications et attend que les citoyens aillent sur son site web par exemple. Il faut aller au-devant des gens et favoriser la participation sociale. »

Si elle est élue, Mme Desjardins pense que la prochaine année en sera une où elle va apprivoiser le système, connaitre les dossiers et voir comment fonctionne la politique municipale. Elle a comme objectif de se représenter en 2025. « J’ai une facilité à mobiliser les gens et je suis dans l’action », soutient-elle.

Visitez sa page Facebook Nathalie Desjardins la politicienne pour tous les détails de son programme.


Pour lire le portrait de Luc Leblanc, c’est ici. 

Pour lire le portrait de Robert Gravel, c’est ici.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *