Le développement durable au-delà des mots

Le développement durable au-delà des mots
Actualité

Cette photo est prises du sommet du Mont Shaw à Prévost. La chaîne de montagnes que l’on aperçoit au loin est située, sur la ligne d’horizon… de l’autre côté de la frontière américaine! Il est peut-être dommage que certains potiticiens ne puissent voir aussi loin…

Le développement exceptionnel des Laurentides fait crainte le pire aux membres de la Conférence régionale des élus (CRÉ). Alors que d’autres régions voient leur population décroître année après année, ce qui entraîne des catastrophes au niveau économique, les Laurentides continuent de prendre de l’expansion et ce, malgré un sous-investissement dans tous les secteurs. Cette situation est décriée depuis fort longtemps par l’ensemble des élus et la CRÉ espère être enfin entendue . «Le prochain gouvernement doit investir dans ce qui existe déjà, soutient Roger Hotte, directeur général de la CRÉ. Les fonds régionaux des centres locaux de développement (CLD) ont augmenté, mais leurs budgets de fonctionnement n’ont pas bougé. L’idée de faire un guichet unique est bonne mais actuellement, on assiste tranquillement à l’asphyxie des CLD.» La situation des Laurentides est si particulière que la région ne correspond à rien de semblable au niveau provincial et la place dans une vide qui contribue à perpétuer l’iniquité interrégionale, estime M. Hotte. Qui plus est, le développement économique des prochaines années devra se faire dans l’esprit du développement durable. «Ce n’est pas simple d’aller au-delà des mots, confie le directeur général de la CRÉ. C’est un défi colossal. Et les Laurentides sont présentement la locomotive des régions.» Pour accentuer les créneaux d’excellence existants, une «stratégie de développement industriel à laquelle on ne peut échapper», il faudra soulager les craintes des investisseurs en offrant une main-d’œuvre qualifiée et disponible en tout temps et développer des moyens de transport qui puissent faciliter la mobilité des travailleurs. L’immigration et la rétention des étudiants grâce au campus de Tremblant entre autres, feraient partie de la solution.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X