Maison Thibodeau: malgré le dépôt d¹une pétition, le maire reste sur ses positions

Maison Thibodeau: malgré le dépôt d¹une pétition, le maire reste sur ses positions
Actualité

Pas d’autres compromis possibles pour la maison Thibodeau

Philippe Juneau aura tout fait pour tenter de faire fléchir le maire de Piedmont et son conseil consultatif en urbanisme (CCU), y compris se présenter à l’assemblée avec son caméraman et y brandir une pétition en faveur de son projet.
«Je me suis toujours fié au professionnalisme de mon urbaniste, Nathalie Legault. Notre décision était prise et bien mûrie, estime Clément Cardin. Le dossier a été analysé de fond en comble et malgré le fait que le CCU recommandait de soulever la maison de trois pieds, on a décidé d’ajouter un pied de plus pour être accommodants avec le promoteur. Cette décision-là était très importante pour nous, poursuit le maire. C’est pour ça qu’on a refusé d’accepter de jucher la maison 9 pieds dans les airs.» Mardi soir dernier, Philippe Juneau s’est présenté à la séance du conseil de Ville en tentant une ultime manœuvre. Accompagné sd’un caméraman, le jeune promoteur a déposé une pétition en croyant pouvoir renverser la décision du CCU en faisant adopter une résolution à la sauvette. Celui-ci s’est fait rabrouer sur-le-champ. «Peu de temps après mon élection, j’avais demandé à Cogeco de filmer les séances du conseil comme ça se fait à Sainte-Adèle, raconte le maire Cardin, mais le groupe a refusé. Lundi, j’ai pris une décision rapide. Je ne veux pas que n’importe quel amateur vienne filmer les séances, il n’en est pas question!

Et pas question non plus d’adopter une résolution de dernière minute, ce n’était pas à l’ordre du jour. Quant à sa pétition, une citoyenne est venu me voir en disant qu’elle l’avait signée simplement pour se montrer gentille.»

Un dossier pas à la hauteur

Pour démontrer la détermination du CCU, Clément Cardin explique que désormais, chaque enseigne installée sur le territoire de Piedmont doit correspondre à une série de critères afin d’uniformiser le paysage visuel de la ville.
«On aurait regretté notre décision», insiste le maire, même si le promoteur souhaite par-dessus tout relever le bâtiment centenaire au niveau de la rue.
«J’ai toujours dit que le promoteur le plus dynamique était Juneau, poursuit Clément Cardin. Et malgré tout ce qui est survenu, la municipalité va continuer à collaborer et j’espère que M. Juneau va mener son projet à terme. Pour ce qui est de la maison de la poste, qui aurait payé?», questionne-t-il.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X