Restauration du réseau routier laurentien: Les douze travaux d’Astérix… ou du MTQ!

Restauration du réseau routier laurentien: Les douze travaux d’Astérix… ou du MTQ!
Actualité

Le gouvernement du Québec entend investir plus de 85 M$ pour la préparation et la réalisation de 127 projets dont 38 majeurs dans la région Laurentides/ Lanaudière. L’avez-vous remarqué?

En plus de cette multitude de travaux réalisés en grande partie sur la route 117 et l’autoroute 15, qui deviennent de véritables entonnoirs, un cauchemar pour les automobilistes, il y a le prolongement de l’autoroute 50 qui conduit à Ottawa, le parachèvement de la 25 et le réaménagement de l’échangeur à la jonction des autoroutes 15 et 640 à Boisbriand, un projet de 100 M$ qui devrait être complété d’ici 2011.
«Le député libéral d’alors, Pierre Des­côteaux, confessait que le développement du Fau­bourg Boisbriand y était pour quelque chose. Cela crée une pression supplémentaire sur cet échangeur névralgique dans lequel la ville investira 24M$, affirmait-il en 2006. Les travaux permettront de modifier l’échangeur pour y construire des bretelles directionnelles, ce qui aura pour effet d’éliminer les zones d’entrecroisement et de séparer le trafic local et transitoire. De plus, le projet prévoit l’ajout d’une voie par direction sur la 640, ce qui devrait satisfaire la clientèle automobiliste qui se rend travailler à Montréal et qui se voit pris dans des bouchons monstres matin après matin.

En cette année de sécurité routière, la conseillère aux communications Isabelle Langelier assure que le ministère des Transports du Québec (MTQ) a tout mis en œuvre pour s’assurer la collaboration de la Sûreté du Québec sur les chantiers et aux alentours. À l’association touristique, aucune plainte n’a été formulée à l’effet que nos routes étaient prises d’assaut par les grues mécaniques et les surfaceuses. «Les gens sont patients, ils savent que l’été est la seule période où les travaux peuvent se faire et prennent leur mal en patience», nous dit-on à l’accueil.

Ce n’est qu’un début

Qu’à cela ne tienne, bon nombre de villégiateurs ont abdiqué et préfèrent passer l’été auprès de leur piscine à Montréal plutôt que de se farcir le trafic de la 15 pour aboutir au chalet. D’autres n’ont eu guère le choix que de traverser au compte-goutte la région. Certains invités du Festival de films de Tremblant, par exemple, ont mis plus de trois heures à parcourir le trajet.

Les résidents et visiteurs ne sont pas au bout de leur peine. Le MTQ a décidé de scruter à la loupe quelque 5000 structures disséminées dans la province, dont 332 à dalles épaisses. Le but est d’en déterminer le niveau d’endommagement et d’évaluer les matériaux utilisés lors de la construction. Viendra ensuite l’analyse des portiques en béton armé. Le ministère procédera également à la révision des structures gérées par les municipalités de 100 000 habitants ou moins et espère compléter l’exercice d’ici la fin août.

En outre, le ministère entend revoir certaines de ses méthodes d’inspection afin de s’assurer qu’une inspection «au p.c.» soit traitée immédiatement au lieu d’être reportée au lundi, comme dans le cas du viaduc de la Concorde. «Il faut être plus attentif, admet l’adjoint au sous-ministre Jacques Gagnon. Il faut parfois profiter d’un événement malheureux pour améliorer ses connaissances», confesse-t-il.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X