(Photo : Archives - Nordy)
Le lac Saint-Joseph à Saint-Adolphe-d'Howard est visé par des restrictions règlementaires.
|

Saint-Adolphe-d’Howard veut interdire les bateaux de wakesurf

Par Marie-Catherine Goudreau

Le conseil municipal de Saint-Adolphe-d’Howard souhaite interdire les bateaux de wakesurf sur les lacs Sainte-Marie et sur le lac Saint-Joseph.

La Municipalité est actuellement en processus pour une demande de modification règlementaire à Transports Canada. Si la demande est acceptée, la Municipalité appliquera les nouveaux règlements dès l’été 2025.


Parmi la nouvelle règlementation : 

  • Une vitesse maximale de 10 km/h sera obligatoire à 60 m ou moins de la rive vis-à-vis le centre-ville, soit de la plage Gratton jusqu’au débarcadère du lac Sainte-Marie;
  • Interdiction du surf sur sillage sur le lac Saint-Joseph;
  • Interdiction du surf sur le sillage sur le lac Sainte-Marie.

En désaccord

Certains ont manifesté leur désaccord lors de la séance du 26 janvier. « Depuis que je suis enfant, je réside à Saint-Adolphe sur le lac Sainte-Marie. Ce que je ne comprends pas, c’est qu’ici, on essaie de m’enlever ma passion, à moi et à plusieurs autres. Ma question pour vous, M. le maire, c’est pourquoi vous voulez retirer cette activité que l’on peut seulement pratiquer durant deux mois, alors que c’est déjà encadré et qu’il y a déjà des zones pour cette activité », a souligné un jeune de 17 ans lors de la période de questions.

« Des études disent qu’il faut que ce soit entre 400 et 500 pieds [des rives] pour pratiquer cette activité. Nos lacs ne sont pas faits pour ça. Un comité travaille sur le dossier. Nous avons engagé des gens de l’externe qui nous ont fait des recommandations. Nous, on les regarde et on décide ou pas d’aller de l’avant », a répondu le maire.

Selon la conseillère Line Légaré, qui siège sur le comité et est responsable de ce dossier, ces embarcations créent des « vagues surdimensionnées » qui endommagent et détruisent les lacs. « Il faut prendre soin de nos lacs. C’est demandé par une bonne partie de notre communauté », soutient Mme Légaré.

Consultations et sondages

La Municipalité a commencé les démarches pour une modification règlementaire au printemps 2023 pour s’attaquer à divers enjeux de sécurité, d’environnement et d’intérêt public.

Avant de faire cette demande, le conseil a mené un sondage et trois consultations publiques auprès de la population. Il a également pris en compte des lettres, des courriels et des rapports envoyés par différentes parties prenantes, telles que les riverains, les usagers de la marina et les entreprises locales et régionales.

Selon un rapport de l’Institut des territoires (IDT), la population a bien répondu au processus de consultation et la Municipalité a reçu de nombreuses réponses au sondage. On y mentionne qu’il « n’existe pas de solution unique aux problèmes qui fera consensus, et l’avenue choisie pourrait ne pas répondre aux besoins et préoccupations de l’ensemble des parties prenantes ». « La Municipalité devra ainsi tenter de viser un équilibre durable entre assurer la sécurité des usagers, permettre la pratique d’activités sur les plans d’eau, et assurer la protection du lac », peut-on lire.

À la suite de ces démarches, le comité mandaté, composé d’Éric Fulker, Émilie Maltais, Alex Rochon et Line Légaré, a étudié ce rapport de l’IDT et toutes les données recueillies. Ainsi, après une analyse par le conseil, les membres en sont venus à la décision de faire quelques modifications.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *