(Photo : Archives)
|

Saint-Sauveur : Des actions du Plan de mobilité active en place dès cette année

Par Marie-Catherine Goudreau

Après l’adoption du premier Plan de mobilité active par le conseil municipal de Saint-Sauveur en mai 2023, la Ville a prévu quelques actions à mettre en place dès cette année.

Ce sont 9 actions des 50 du Plan de mobilité active (PMA) qui sont prévues au plan de travail 2024 de la Ville. Parmi celles-ci, il y a entre autres de mettre en place un guide technique pour aménager des espaces dédiés aux modes actifs pour un nouveau projet. La Ville souhaite aussi, par exemple, collaborer avec le ministère des Transports et de la Mobilité durable (MTMD) pour augmenter le temps de traversée aux lumières. On parle aussi de mettre en place une enquête pour suivre l’évolution du transport actif et augmenter le nombre de places de stationnement pour vélos.


Les 9 actions qui seront mises en place cette année :

  • Transmettre aux partenaires de la Ville ses objectifs en matière de mobilité active;
  • Recenser et augmenter le nombre de places de stationnement pour vélos sur le domaine public;
  • Mettre en place une enquête récurrente pour suivre l’évolution de la pratique du transport actif;
  • Rédiger un guide technique d’aménagement des espaces dédiés aux modes actifs applicable à tout nouveau projet;
  • Collaborer avec le MTMD afin d’augmenter le temps de traversée et réduire le temps d’attente entre chaque traversée;
  • Élaborer et mettre en place un plan de gestion des déplacements pour les employés de la Ville de Saint-Sauveur;
  • Participer à la campagne Tous piétons ! de Piétons Québec;
  • Ajouter des traverses afin de diminuer les distances de parcours entre les traverses existantes;
  • Ajouter du mobilier urbain le long des principaux axes de transports actifs.

Le directeur général de la Ville, Jean-Philippe Gadbois, précise que « le plan de travail peut évoluer dans l’année. Il peut s’ajouter des actions et certaines actions prévues peuvent ne pas être réalisées pour différentes raisons ».

De plus, il indique que « ce n’est pas parce que certaines actions prévues au PMA ne figurent pas au plan de travail 2024, que [la Ville] n’y travaille pas en amont, surtout lorsqu’il s’agit de projets d’envergure (ex. piste cyclable) ». Il ajoute aussi que plusieurs actions sont déjà en place.


Pistes cyclables ?

Au programme triennal d’immobilisations 2024-2025-2026, le conseil n’a toutefois pas mis de projet de piste cyclable. Celles-ci pourraient être incluses dans d’autres projets de la Ville, comme celui des rues FIMEAU ou dans d’autres projets d’infrastructures, mais il n’y a rien de confirmé pour le moment, souligne le directeur général.

« Tous les projets d’infrastructures, ce ne sont pas des projets qui peuvent se faire en 2024. […] Ces actions vont plus se faire au milieu du plan », explique M. Gadbois. Le PMA est prévu pour une période de 10 ans. Pour cette année, le directeur général explique que tous les services se sont assis ensemble pour déterminer toutes les actions possibles à réaliser, à court terme.

Les actions sont réparties à travers les différents services : le Service de l’environnement, le Service du génie, la Direction générale, le Service des travaux publics, le Service de la sécurité publique ainsi que les ressources humaines. C’est à partir du plan de travail de la Ville, sous la direction du directeur général, que les suivis se feront.

« Il n’y a pas de priorités établies pour les années à venir. Le conseil devra se pencher sur tout ce qui se rapproche des dépenses. Les actions de l’année 2024, elles sont venues des fonctionnaires », explique M. Gadbois. Une rencontre devrait avoir lieu avec les élus à la moitié de l’année pour déterminer les prochaines priorités.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *