Un citoyen interpelle l’administration massonaise

Un citoyen interpelle l’administration massonaise
Journal Accès
Actualité

À propos du projet de revalorisation du Centre culturel à Sainte-Marguerite

Tribune des lecteurs

 

Manifeste de Gilles BOUCHER, Résident de Ste Marguerite du Lac Masson au sujet du Centre culturel.

 

 

Ma question s’adressera aux élus du Conseil de Ville.

Afin que ma question soit très bien comprise, ma présentation durera environ 7 minutes, avec tout d’abord, un PRÉAMBULE de mise en contexte, suivi de ma question :

Le sort du Centre Culturel, qui est le dernier vestige de l’Héritage du Baron Empain, le déménagement des bureaux au Couvent et, apparemment, la volonté par la Ville de d’acquérir l’Église et le Presbytère, suscitent de vives réactions parmi les massonnais.

Depuis l’acquisition du Centre Culturel en 1978, force est de constater que les formations politiques subséquentes, notamment celles élues en 2001, 2005 et 2009, ne se sont jamais préoccupées d’en promouvoir la réelle conservation.

Les évènements les plus marquants sur ce sujet sont les suivants :

1- La Société d’Histoire n’a eu de cesse depuis 20 ans de sensibiliser les élus et la population pour la conservation du Patrimoine bâti.

2- Malgré tout, il y a eu poursuite de la dilapidation de ce patrimoine bâti, entre autres par l’Administration André Charbonneau, par la vente de l’Hôtel de la Pointe Bleue, considérée par plusieurs comme une vente à rabais en 2008, alors que mesdames Fortier et Lacasse faisaient déjà partie, à l’époque, du conseil de ville sous la direction d’André Charbonneau.

3- L’immobilisme avéré de la Ville, a nui à la protection du Centre Culturel, en dépit des outils législatifs à sa disposition, en vertu la loi sur les Biens Culturels.

4- La nette impression que sous l’administration Fortier, la SH s’est joyeusement faite BALLADER dans le dossier du Centre Culturel et, avec elle, la préservation du patrimoine.

5- L’appel d’intentions de l’administration Fortier, pour recevoir des projets de revalorisation du Centre Culturel, dont les *règles* décrites dans ledit appel d’intentions, en ont laissé plus d’un *songeur*, notamment par certaines exigences contraignantes, qui dépassent l’entendement.

6- La séance d’information tenue le 19 décembre dernier, qui donnait plus l’impression que les *dés* étaient déjà *pipés*. La composition du Comité de sélection et l’absence d’une étude patrimoniale laissent bon nombre de citoyens perplexes.

7- Un conseil de ville extraordinaire, tenu le 15 janvier 2013, avec des sujets très chauds, mais sans aucune action de tentative de transparence, puisque ce conseil a été fait EN CATIMINI et, après coup, en mettant les citoyens devant le fait accompli sur les décisions qui engageaient l’avenir des citoyens. Manoeuvre qui n’a certes rien d’illégal, puisque c’est un Conseil extraordinaire, mais qui apparaît quand même immorale.

BONJOUR LA TRANSPARENCE lors des moments majeurs d’une ville !!!!!!!!!!!!

8- La décision unilatérale de choisir HBO comme étant, et je cite le procès verbal, *le seul projet répondant à tous les objectifs de la ville*, sans que personne ne puisse voir et consulter cette offre de HBO ainsi que les 2 autres projets soumis.

9- Au cours de cette même séance extraordinaire, une autre résolution fut adoptée et qui incluait de louer et d’acheter le vieux couvent, en vue de le transformer en Hôtel de Ville, d’une façon et à un prix qui, sans rien affirmer, soulève parmi la population de sérieuses interrogations sur la manière dont ce projet a été concocté et sur les liens unissant les différents acteurs concernés.

10- Une omission, en conférence de presse, fort réductrice, qui ne démontrait pas que le Ministère de la Culture est bel et bien impliqué dans le dossier et qu’il est en contact direct avec la ville, puisque le Ministère aurait rendu visite à la ville à 2 occasions, soit les 11 janvier et 11 février derniers.

11- L’allégation de la mairesse, for étonnante et pleine de sous entendus, à l’effet que, et je cite, *ON SAIT QUE LE MINISTÈRE A SUBI DES PRESSIONS*. Pire encore, une affirmation éhontée et indigne d’une élue, de vouloir *s’opposer farouchement* à un avis de classement par le Ministère de la Culture, en se déclarant *prise en otage*, alors que tout élu devrait plutôt afficher une FIERTÉ de voir protéger une partie (et surtout du peu qu’il en reste) de son patrimoine bâti, plutôt que de voir uniquement les intérêts financiers des projets, et par voie de conséquence, ce qui satisfait les intérêts des promoteurs immobiliers.

12- Une affirmation renversante, faite lors de la conférence de presse, que si *HBO* se retirait de ce projet d’acquisition, que *Les Développements du Baron Empain* serait considéré, alors que dans le procès verbal du Conseil de Ville du 15 janvier 2013, il est clairement dis que *HBO* était, et je cite, *le seul projet répondant à tous les objectifs de la ville*. Il y a là de sérieuses questions à se poser, d’autant plus, semble-t-il, que le projet présenté par *Les développements du Baron Empain*, en serait un de démolition.

13- Au surplus, la réponse de la ville à la SH, pour refuser catégoriquement leur projet, laisse à plusieurs massonnais, un goût amer. Cela ressemblait plus à du mépris qu’à une réponse objective. La réponse qui s’en est suivie, par le Président de la SH, réfute fort bien tous les arguments négatifs de la ville. Pire encore, et pour preuve de leur manque de vision et de leur entêtement, la dernière réponse de la ville à la SH, en date du 14 février 2013, nous démontre, encore une fois *qu’il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir*.

14- Et on en rajoute une couche, en affirmant que la ville ira de l’avant avec le déménagement de ses bureaux au centre-ville. Comme si, subitement, on devait ***SE SAUVER*** rapidement du Centre Culturel au lieu de ***SAUVER*** le Centre Culturel, alors que çà fait 35 ans que la ville y est installée.

15- Sous des affirmations économiques et techniques, non rendues publiques, et donc non validées, la mairesse nous surprend en nous disant, sans preuve à l’appui, que le désamiantage coûterait de 1 million $ à 1,5 million $ et que cela servirait de justificatif pour aller au Centre ville rapidement. Encore une fois, rappelez-vous que çà fait 35 ans que la ville y est installée. C’est prendre les massonnais pour des ignares et leur lancer de la poudre aux yeux, voire même de leur lancer de la poudre d’amiante aux yeux !

16- Selon ce qu’on entend et qui devra être vérifié, il y aurait de la part de la Ville, une soudaine urgence et précipitation, d’acquérir l’église et le presbytère, puisque la ville aurait communiqué directement avec l’Évêché, au lieu de respecter nos marguillers, dont la dignité et l’implication a toujours été très remarquables. À ce compte là, on se demande si la ville ne va pas bientôt vouloir acheter le Dépanneur Jean-Pierre, le Resto-Pub et le Bonichoix ? ? ?

En considération de tout ce qui précède :

A- Vu l’importance du dossier, des décisions fort nébuleuses du Conseil, et des nombreuses implications à court, moyen et long terme,

B-Vu le manque de TRANSPARENCE, qui semble avoir été seulement guidée par une GESTION DES APPARENCES, somme toute bien maquillée en un simple exercice de camouflage, tout cela a semé des doutes sérieux sur la façon dont les choses se sont réellement passées. L’actuelle Commission Charbonneau nous démontre bien la pertinence de valider les décisions prises par nos élus municipaux, dans toutes les municipalités de la province, et ce sans plus attendre.

C-Vu le manque d’intérêt envers le Patrimoine, par les élus sous les administrations, André Charbonneau (mi mandat de 2003 à 2009 et Linda Fortier de 2009 à aujourd’hui,

D- Vu l’importance d’un patrimoine bâti pour une ville et ses citoyens

E- Vu la publication dans 6 mois, des avis d’élections

F- Vu la tenue de l’élection le 3 novembre 2013, soit dans 8 mois,

G- Au vu de tout cela, il y aurait plutôt lieu pour l’administration Linda FORTIER, de jouer CARTES SUR TABLE avec toute la population, sur tous les enjeux majeurs de tous ces dossiers, par une transparence sans équivoque.

Vous, les élus, sachez bien que LA CONFIANCE N’EXCLUT ET N’EXCLUERA JAMAIS LE CONTRÔLE

Et, au surplus : QUE PLUS LA VÉRITÉ SE MAQUILLE, PLUS ELLE NOUS DONNE LE GOÛT DE CONNAÎTRE SON VRAI VISAGE . . .

Et qu’il y a lieu de penser qu’il y aurait peut-être, dans tous ces dossiers, ANGUILLE sous ROCHE . . .

Dans l’intérêt des massonnais, au lieu de prioriser L’ENTÊTEMENT et LA PRÉCIPITATION, le conseil de ville, dans toute la SAGESSE qui devrait le caractériser, pourrait-il:

1- SUSPENDRE immédiatement tous les dossiers précités, incluant l’acquisition de l’église et du presbytère, et SURTOUT de suspendre le déménagement des bureaux au centre ville, puisque d’autres solutions existent et qu’elles n’ont pas été étudiées ou à tout le moins non divulguées,

2- RENDRE PUBLIC, et sans exception, tous les dossiers et toutes les démarches sur tous ces dossiers,

3- Ne PAS CONTESTER un éventuel avis de classement par le Ministère de la Culture, mais plutôt, au nom des massonnais, d’en exprimer de la FIERTÉ,

4- S’EXPLIQUER sur la place publique, puisque, sans rien affirmer à ce stade-ci, il y a quand même des questions et des doutes sérieux qui planent dans l’esprit des massonnais, sur la dimension, l’importance et la portée de ces décisions et, par voie de conséquence, de leur permettre, comme la Commission Charbonneau nous y sensibilise actuellement, de vérifier exhaustivement tout ce qui a été fait, tout comme d’examiner les liens entre les élus et les sociétés intéressées économiquement.

5- Qu’en toute TRANSPARENCE, et dans le respect des règles de DÉMOCRATIE, d’en faire plutôt un véritable ENJEU ÉLECTORAL, compte tenu des courts délais avant l’élection du 3 novembre 2013.

6- Tout cela afin de PERMETTRE que le prochain Conseil de Ville, à être élu prochainement, puisse travailler ouvertement, sans nullement continuer de se cacher, puisqu’il aura eu un mandat clair de la majorité des électeurs.

Ma question :

FORT DE CE QUI PRÉCÈDE, EST-CE QUE LE CONSEIL DE VILLE ACCEPTERAIT D’APPLIQUER UN ****STATU QUO IMMÉDIAT**** SUR TOUS CES DOSSIERS, ET CE JUSQU’À LA PROCHAINE ÉLECTION, AFIN DE PERMETTRE AUX MASSONNAIS DE SE FAIRE UNE MEILLEURE IDÉE ET UNE PLUS JUSTE IDÉE, SUR TOUS CES DOSSIERS QUI AURONT UN IMPACT MAJEUR DANS LA VIE DES MASSONNAIS ?

 

Madame la mairesse,

Compte tenu de votre décision de refuser de jouer franc jeu avec les massonais, notamment dans les dossiers qui furent évoqués lors de ma première intervention, je vous annonce donc qu’une nouvelle équipe politique sera créée sous peu. Une équipe totalement indépendante des intérêts de votre équipe et toute aussi indépendante des intérêts de l’ancienne équipe Charbonneau, qui, lui-même, le 6 novembre 2009, a annoncé en toute lettre dans le journal des Pays d’en Haut- La Vallée, qu’il se retirait définitivement de la vie politique.

Ste- Marguerite a un urgent besoin de sang neuf et soyez assurée, Mme Fortier que je vais m’y impliquer à plein temps, dans l’intérêt public, et que je mettrai toutes les énergies nécessaires afin de vous remplacer le 3 novembre prochain.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X