|

Un projet pilote sème des doutes au sein des MRC

Par Aurélie Moulun

La MRC des Laurentides a récemment lancé un projet pilote au sein de son territoire afin d’augmenter le nombre de places disponibles en garderie en rendant accessible des locaux communautaires. Cela permettra ainsi aux personnes intéressées de mettre sur pied un projet de garderie alternatif.

Ce projet est le fruit de la collaboration entre la Corporation de développement économique de la MRC des Laurentides et le bureau coordonnateur du CPE L’Antre- Temps.

Le préfet suppléant de la MRC des Laurentides, M. Steve Perreault explique que malgré les projets du ministère des Familles, il manque toujours de places en garderie sur le territoire.

« En 2021, on a eu 441 nouvelles places notamment à Sainte-Agathe-des-Monts et à Mont-Tremblant. La population est passée de 45 000 à 50 000 habitants entre 2016 et 2021. Alors on a décidé d’interpeller les Villes pour pallier la situation », souligne-t-il.

Ce projet pilote a été lancé dans le cadre du programme des « projets-pilotes de responsables d’un service de garde éducatif en communauté » lancé vers le milieu du mois de mai.

La MRC des Pays-D’en-Haut doute

Le préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, André Genest, reste sceptique par rapport à ce projet. « Les exigences du ministère de la Famille sont précises. Je ne sais pas si ça va être accepté comme projet », dit-il.

Il explique d’ailleurs que ce type de projet ne serait pas réalisable au sein de sa MRC. « On n’a aucun local communautaire de disponible sur le territoire. On a plein d’activités, les locaux servent déjà. On ne va pas sacrifier un bâtiment pour en faire une garderie », souligne-t-il.

Un projet qui relève du provincial

Pour le préfet de la MRC de La Rivière-du- Nord, Xavier-Antoine Lalande, « le ministère de la Famille a encore pelleté le problème dans la cour des municipalités ». Pour M. Lalande, ce type de projet en est un de dernier recours. « C’est un transfert des responsabilités financières. C’est facile parce que ce sont des locaux qui ne leur coûtent rien. Ça ne marche pas là », lance le préfet.

Il craint également que ce type de projet crée de la compétition entre les Villes. « Il va y avoir une course au sein des municipalités. Ils vont choisir les municipalités qui offrent davantage », ajoute-t-il.

Le maire de Saint-Jérôme, M. Marc Bourcier est du même avis que M. Lalande. « Ce n’est pas une manière de faire pour moi. Ça devrait relever du provincial, sinon c’est la Ville qui paie », explique-t-il.

Plus de détails seront donnés au sujet de ce projet pilote au cours d’une séance d’information tenue par le CPE L’Antre-Temps au bureau coordonnateur du CPE à Sainte- Agathe-des-Monts le 14 septembre prochain dès 18h.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

1 Comment

  1. laetitia charlet

    Je réagis suite à l’annonce de ce projet pilote pour augmenter les places en garderie au sein de la MRC des pays d’en haut.
    Quand est-ce que le gouvernement ou les représentants de celui-ci vont-ils faire de l’éducation, la petite enfance l’un des enjeux majeurs?
    Comment un pays peut-il produire, puisque c’est cela qui dicte de notre monde, alors que des parents sont dans le stress chaque jour pour savoir si une place va se libérer pour qu’ils puissent aller travailler dans de bonnes conditions.
    S’il y a de la place, qu’elle soit utilisée à bon escient. Est-ce normal qu’un parent doive faire plus de 100 kms par jour pour déposer son enfant et s’estimer chanceux d’avoir une place, à des sommes de 2 dollars le litre pour pouvoir se déplacer parce que le transport collectif n’est pas suffisamment développé? Nous sommes au Canada…pas dans un pays en émergence à ce que je sache, un pays dans lequel j’ai choisi d’immigrer et d’y avoir mon premier enfant.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.