pub de recyclage
|

Une œuvre et un auteur toujours vivants

Par andre-berard

75e anniversaire d’Un homme et son péché à Ste-Adèle

Le week-end dernier se déroulaient à Sainte-Adèle les festivités organisées dans le cadre du 75e anniversaire de la publication du roman Un homme et son péché du célèbre auteur adélois Claude-Henri Grignon. L’événement a permis à tous ceux qui ont participé aux différentes activités de renouer avec une œuvre fondatrice de la littérature canadienne-française et de replonger, l’espace d’un week-end, dans la mémoire collective adéloise et de renouer avec ses racines identitaires.

C’est le 15 décembre 1933 que paraissait la première édition du roman Un homme et son péché, une œuvre majeure de notre littérature qui a fait – et fait encore – résonner le nom de Sainte-Adèle à travers tout le pays, d’un océan à l’autre et même jusqu’à chez nos voisins du sud.

Pierre Grignon, ancien maire de Sainte-Adèle, petit-neveu et filleul du célèbre auteur, est l’instigateur des festivités qui ont marqué ce week-end: «Sainte-Adèle se devait de souligner le 75e anniversaire de la publication du roman Un homme et son péché», souligne Pierre Grignon, qui fut un hôte et un maître de cérémonie attentif à tous les invités lors du «somptueux repas commémoratif» qui a eu lieu au Chantecler et qui «a fait la joie des participants plus proches que jamais des racines de l’écrivain». Incarnant le Gros Docteur Wilfrid Grignon, son arrière-grand-père et père de Claude-Henri, Pierre Grignon a pris la parole pour une courte conférence fort colorée, imprégnée d’humour et d’émotions: «L’accueil au cocktail se déroulait au son des harmonies du piano et du violoncelle, aux sonorités de l’adagio de l’opus 67 des Saisons de Glazunov, désormais associé aux Belles histoires, sans oublier les airs prenants de la musique de Michel Cusson écrite pour le film de Charles Binamé», relate Pierre Grignon. Il ajoute: «Des invités portaient le costume d’époque avec beaucoup de grâce. Comme il se devait, le maire de Sainte-Adèle portait un fort beau costume de Séraphin Poudrier. Son épouse, quant à elle, faisait une belle Donalda». Le lendemain avait lieu au restaurant Spago le lancement de l’œuvre posthume de Claude-Henri Grignon Olivar Asselin, le pamphlétaire maudit, publié aux éditions Trois-Pistoles sous la direction de Pierre Grignon. L’ouvrage, qui lève le voile sur une période méconnue de la vie du célèbre auteur adélois, est le fruit de deux années de travail, de mise en ordre, de recherches et de consultations qui ont permis de reconstituer le manuscrit en restant fidèle à la pensée si particulière de l’auteur adélois. Riche en détail concernant la vie de Grignon, Olivar Asselin, le pamphlétaire maudit témoigne de cette amitié profonde et authentique qui le liait à Olivar Asselin. La deuxième partie du livre, consacrée à la correspondance qu’entretenaient les deux pamphlétaires, présente quelques lettres inédites, dont ces trois missives écrites en prison et adressées à Olivar Asselin, alors que Claude-Henri Grignon vivait l’une des périodes les plus sombres de sa vie. Christine St-Pierre, ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, était présente au lancement. Campagne électorale oblige, la ministre a profité de l’occasion pour soutenir Isabelle Lord, candidate libérale dans le comté de Bertrand. Claude Cousineau, député de Bertrand, a quant à lui préféré ne pas intervenir dans le déroulement de l’événement souhaitant ainsi «laisser toute la place à Pierre Grignon et à son livre». Claude Descôteaux, maire de Sainte-Adèle, était également présent et accompagné de sa conjointe. Pierre Grignon a tenu à souligner tout particulièrement l’appui de Nicole Durand, conseillère municipale, dans l’organisation du 75e anniversaire. Pour clore ces deux journées de festivités, le cinéma Pine projetait gratuitement la version de 1949 du film Un homme et son péché. Tom Famanian, propriétaire du cinéma Pine, a distribué gracieusement aux invités un DVD contenant les deux films de l’époque, soit Un homme et son péché (1949) et Séraphin (1950). Les festivités entourant le 75e anniversaire de la publication, en 1933, du roman Un homme et son péché, auront permis de cimenter, l’espace d’un week-end, une communauté dont l’empreinte identitaire dans le paysage laurentien, dans la culture québécoise et dans la littérature canadienne-française est directement attribuable à Claude-Henri Grignon et à son œuvre qui, 75 ans après sa parution, est toujours aussi vivante.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.