Adopter de saines habitudes de vie

Par Valérie Spitzer
Adopter de saines habitudes de vie

Voilà sans doute le programme de toute une vie! Eh oui, même si on sait ce qu’on devrait faire, il semble parfois plus facile de se complaire dans le statu quo plutôt que de changer en profondeur.

Et pourtant, si on part du principe que la santé se construit de l’intérieur et qu’on peut l’améliorer par diverses actions, cela vaut le coup de faire quelques efforts, n’est-ce pas? Cela a été le constat de Tom Rath, auteur du livre Manger, bouger, dormir. Atteint d’une maladie rare et incurable, son espérance de vie était réduite. Vingt ans après que sa maladie se soit déclarée, il est toujours là, actif et heureux de vivre! Au lieu de s’avouer vaincu, il a pris sa santé en main. Quel exemple inspirant!

Un de ses slogans est le suivant : Lève-toi et marche! Il rappelle bien sûr l’importance d’une activité physique régulière, mais surtout il précise l’importance de bouger le plus possible au quotidien, pas juste de façon épisodique. Ainsi, il semblerait que la position assise prolongée représente un risque pour la santé aussi insidieux que… la cigarette! Exagéré, me direz-vous? Peut-être… Quoi qu’il en soit, un chercheur a mis en lumière que, lorsqu’on reste assis plus de deux heures d’affilée, notre taux de bon cholestérol baisse de 20%! M. Rath a également changé son alimentation. En cela, il rejoint pleinement les propos de David Perlmutter, médecin, neurologue renommé et auteur de plusieurs livres réputés, notamment celui intitulé L’intestin au secours du cerveau.

Hippocrate déclarait que l’origine de toutes les maladies se trouvait dans les intestins. DrPerlmutter reprend cette théorie. Démence, dépression, anxiété, autisme… Selon ce médecin, nos troubles mentaux trouveraient leur source dans le mauvais fonctionnement de nos intestins. Ainsi, il a été le témoin d’améliorations spectaculaires chez certains patients, après que ceux-ci eurent effectué des changements draconiens dans leur alimentation. Que préconise-t-il?

Éliminer le plus possible les aliments contenant du gluten (protéine présente dans le blé, l’orge et le seigle). Ainsi, il nous rappelle que le gluten est responsable de l’inflammation, même pour ceux qui ne sont pas diagnostiqués intolérants au gluten. On peut notamment remplacer la farine de blé par de la farine de noix de coco.

Favoriser les graisses de type oméga 3, qui réduisent l’inflammation et stimulent le fonctionnement cérébral. On les retrouve dans l’huile d’olive, les poissons sauvages (renferment des concentrations en toxines inférieures à celles des poissons d’élevage), les graines de lin, les viandes biologiques d’animaux nourris à l’herbe, etc.

Réduire non seulement le sucre raffiné, mais aussi éliminer les édulcorants artificiels (saccharine, sucralose, aspartame), qui agissent négativement sur les bactéries intestinales.

Consommer des probiotiques de qualité

Consommer régulièrement, voire quotidiennement, au moins un aliment fermenté. Plusieurs sont suggérés, tels la choucroute, le kéfir (lait fermenté) ou autre boisson à base de lait fermenté, le kombucha (thé noir fermenté), le miso, le tempeh (qui est formé à base de soja fermenté), les légumes marinés, etc. Les aliments fermentés contiennent des probiotiques, ce qui les rend particulièrement intéressants.

Jeûner pendant au moins 24heures, préférablement pendant les changements de saison.

Voilà quelques changements suggérés qui vous rendront, à long terme, sans doute plus heureux… En effet, 80 à 90% de la quantité de sérotonine (l’hormone du bien-être) sont produites par les cellules nerveuses de nos intestins!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de