Aide de 70 M $

Par Luc Robert
Aide de 70 M $
Le lanceur des Cardinaux, Tristan Beaudin, est aussi entraîneur-chef au Centre de perfectionnement de BQL. (Photo : Raynal Morand)

Un renfort financier très attendu par les fédérations et organismes sportifs québécois

Près de 30 millions de dollars, sur les 70 millions annoncés par Québec le 15 octobre dernier, iront directement aux fédérations sportives et aux organismes de sports provinciaux.

Pour les fédérations, ces montants seront distribués au même prorata de deux programmes déjà existants, soit le Programme de soutien aux fédérations sportives québécoises et le Programme de soutien au développement de l’excellence.

« Il s’agit de 30 millions de dollars neufs, ce qui donne une bouffée d’air aux organismes sportifs. Leurs répartitions seront à préciser au cours des prochains jours », a prévu Mme Julie Gosselin, présidente de SPORTSQUÉBEC.

Cependant, un angle mort semble ne pas avoir été couvert concernant les clubs sportifs et organismes locaux, oeuvrant directement sur le terrain. « Le plan d’aide est entièrement dirigé vers les organismes provinciaux. L’objectif sous-jacent est que ces derniers puissent à leur tour aider leurs associations et leurs clubs; mais il faut être réaliste : des fédérations n’auront d’autres choix que d’utiliser ces sommes pour leur survie immédiate », a mis en lumière
Alain Deschamps, directeur général de SPORTSQUÉBEC.

Implications régionales

Dans la région laurentienne, les impacts visent avant tout à palier aux urgences et annulations causées par la pandémie.

« Nous n’avons pas encore reçu les détails pour la répartition des montants, mais ici, nous avons besoin de sommes pour garder du personnel à la permanence. Contrairement à une certaine croyance, nous travaillons deux fois plus fort en période de Covid, afin de développer des idées pour faire bouger nos jeunes», a démystifié Mme Lisa Charland, nouvelle directrice-générale à la RSÉQ de la région Laurentides-Lanaudière.

Flag-football en vogue

Les ajouts de zones à couleurs rouges, à divers secteurs de ces régions, n’ont pas fini de causer des maux de tête aux dirigeants.

« Nous nous trouvons en attente presque partout. Au volet scolaire, il y a presque seulement le flag-football qui fonctionne sans embûches. Au niveau des sports parascolaires, on fonctionne en entonnoir jusqu’au 28 octobre, à savoir ce qui redémarrera ou pas. Idéalement, nous aimerions tenir une petite saison sportive avant Noël et une autre après les Fêtes, toujours selon le principe des classes bulles », a-t-elle repris.

Aide bienvenue

Au niveau du développement des jeunes sportifs, le Centre de perfectionnement de Baseball Québec Laurentides (BQL) aura possiblement besoin de ces fonds.

« Le restant de nos cours de groupes d’automne sont annulés. Nous allons émettre une politique de remboursement ou de crédit pour le printemps prochain, pour qu’aucun jeune, ni parent, ne soient perdants dans tout ça. Sachez que faire du baseball et enseigner aux jeunes, ce n’est pas seulement notre gagne pain, mais aussi notre passion », a fait valoir M. Tristan Beaudin, fondateur et entraîneur-chef au Centre de perfectionnement de BQL.

Des mises à pied ne sont pas au menu, malgré les inconvénients du coronavirus.

« Une subvention du gouvernement ne sera pas de refus, bien que nous ne soyons pas près de fermer ou de réduire les effectifs. Via divers programmes, le gouvernement aide déjà pour les loyers et les employés. Ce qui nous embête, ce sont les périodes d’incertitudes qui prévalent au niveau de la planification. Nous avons été arrêtés à deux occasions et les plan hivernaux sont constamment à réviser», a achevé M. Beaudin.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments