Alimentation, sport et performance

Par Journal Accès
Alimentation, sport et performance

Chronique du Marathon du P’tit Train du Nord

Véronique Côté, collaboration spéciale

L’alimentation occupe une grande place dans notre vie. C’est un aspect primordial dans les performances sportives et beaucoup plus que les gens peuvent le croire. Chaque sport aura un besoin nutritionnel différent. Un haltérophile n’aura pas les mêmes besoins qu’un coureur automobile ou qu’un triathlète par exemple.

Aujourd’hui, je m’attarderai donc sur la nutrition des sports d’endurance, tel le vélo de route, le triathlon, mais plus particulièrement la course à pied longue distance. (demi-marathon ou marathon complet)

Lorsqu’on se lance dans un défi de course à pied, il est très important de bien se préparer psychologiquement et physiquement. L’alimentation est un atout de taille dans la performance et une mauvaise nutrition peut causer des blessures dû à un manque de concentration, des ralentissements ou plusieurs autres bobos.

Les bases alimentaires : Protéines, lipides et glucides, ce sont probablement des mots que vous avez déjà entendus. Ce sont les macroaliments essentiels qui constituent nos aliments.

Protéines : Les protéines servent principalement à la croissance et à la réparation des muscles, os et autres tissus. Ils servent également au développement du cerveau et du système nerveux.

Quelques exemples d’aliments : viande rouge, volaille, poissons, noix, légumineuse, œuf, fromage.

Lipides : Il est primordial de consommer des bons gras dans notre journée. Les bons gras vont servir dans l’absorption des vitamines A,D,E,K. De plus, lorsque nous aurons épuisé notre réserve de glycogène lors d’une activité physique aérobique, nous puiserons dans les réserves adipeuses (les gras).

Quelques exemples d’aliments : poisson gras, avocat, œuf, huile végétale.

Glucides : ils sont la principale source d’énergie durant les entrainements et les épreuves d’endurance. Ils servent à la réserve de glycogène et aident également à la concentration.

Quelques exemples d’aliments : Fruits et légumes, quinoa, riz, patate douce, pâtes.

Dans la course à pied, il est important de privilégier les glucides afin de se faire des réserves dans les muscles et dans le foie. Dans le cas inverse, nous pigeons dans les mauvaises réserves et nous perdons l’énergie nécessaires pour performer ainsi que du poids, ce qui n’est pas toujours souhaitable. De cette façon, il y a emmagasinage d’énergie pour tout l’épreuve. Plus il y a stockages de glycogène plus il est possible de courir longtemps. Bien-sûr, chaque personne et chaque métabolisme est différent. C’est façon de faire est en général un bon fonctionnement pour la majorité des gens. Cependant, il se peut très bien qu’une personne métabolise moins bien les glucides et que ce soit un apport plus élevé en lipides ou en protéines qui la fera performer davantage. Il est donc important de bien se conditionner dans les semaines avant l’évènement. Chaque repas et chaque collation seront importants et la distribution des macroaliments durant la journée et tout dépendamment de l’heure de l’entraînement en est autant. Il faut choisir des aliments de qualité, opter pour de la fraicheur, le moins transformé possible, avec le moins d’additif, le plus coloré et surtout osez la variété. Prendre le temps de cuisiner et de préparer les collations sera un atout dans la réussite du défi. Bien-sur, consulter un ou une professionnel qui sera vous guider selon votre sport, votre morphologie, vos intolérances / allergies ou vos préférences alimentaires vous simplifiera la vie et vous aidera a mieux performer.

Véronique Côté est praticienne en gestion de poids et entraîneure privée à la Clinique Ostéo sport – Saint-Sauveur.

10 semaines – du 22 avril au 30 juin

Rachelle-Béry Saint-Sauveur, fière commanditaire du Marathon du P’tit Train du Nord.


Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de